Sélectionner une page

Pas besoin des cybercriminels pour impacter nos OIV

Pas besoin des cybercriminels pour impacter nos OIV

Il est encore bien trop tôt pour évaluer les conséquences du grave dysfonctionnement intervenu hier en fin d’après-midi chez Orange et qui a bloqué de nombreux appels vers les numéros d’urgence comme le 15 ou le 18. Et à l’heure où nous écrivons ces lignes, la situation reste encore confuse même si le Pdg d’Orange, Stéphane Richard, convoqué illico presto par Gérald Darmanin et Cédric O pour s’expliquer, a présenté ses « plus vives excuses » et assure ce matin que « la situation est maintenant stabilisée ».

A l’heure où les industriels, et plus particulièrement les opérateurs d’importance vitale (OIV), traquent les tentatives de cyberattaques toujours plus nombreuses, le dysfonctionnement intervenu sur les serveurs d’Orange n’est pas, selon les informations dont nous disposons actuellement, « l’œuvre » d’une puissance étrangère hostile ou même d’un petit génie de l’informatique en mal de reconnaissance, mais la conséquence directe d’une opération de maintenance qui a mal tourné…

Si la mise en place de solutions pour traquer les cyberattaques est indispensable (et l’électronique y contribue fortement), il ne faudrait pas non plus oublier les fondamentaux, et notamment que la maintenance reste une activité critique pour les OIV qu’il ne faut surtout pas négliger. D’autant qu’avec le développement de l’industrie 4.0, la maintenance progresse à grands pas depuis plusieurs années au point de devenir prévisionnelle, en scrutant en permanence les moindres signes de faiblesse des équipements industriels afin d’anticiper les pannes et d’agir en conséquence pour les éviter. Et là encore, l’électronique est au cœur de cette tendance avec l’amélioration incessante des capteurs et des communications sans fil et les progrès réalisés en matière d’intelligence artificielle en périphérie de réseau.

L’incident d’hier soir pose un certain nombre de questions. Pourquoi faire des opérations de maintenance de jour ? Pourquoi les systèmes redondants (on n’imagine pas qu’il n’y en ait pas) n’ont-ils pas fonctionner ? Pourquoi Orange n’a-t-il pas mis en place de dispositifs efficaces de maintenance prévisionnelle ? Et si l’opérateur en dispose, pourquoi n’ont-ils rien détecté en amont ?

Bref, cet incident laissera des traces mais, comme dans tout dysfonctionnement grave, à l’instar des catastrophes aériennes, des enseignements seront tirés et des solutions trouvées pour que cela ne se reproduise plus. Et il ne fait aucun doute que l’électronique constitue une partie de la solution.

 

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

   JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This