La pandémie de Covid-19, qui a paralysé une grande partie de la production industrielle depuis avril outre-Rhin, a laissé des traces profondes sur le développement des commandes et des ventes de l’activité de distribution de composants en Allemagne.

Selon l’association professionnelle FBDi, au deuxième trimestre, les facturations des distributeurs outre-Rhin ont chuté de 22% par rapport au 2e trimestre 2019, à 682 millions d’euros, tandis que les prises de commande ont dégringolé de 13% à 643 millions d’euros. À 0,94, le taux book-to-bill est retombé au niveau de 2019.

Par type de produits, les ventes au 2e trimestre de semiconducteurs ont ainsi diminué de 17,8% sur un an, à 468 millions d’euros ; celles de composants passifs ont chuté de 29%, à 77 millions d’euros et les ventes de composants électromécaniques ont cédé 12,6%, à 86 millions d’euros. Le marché des alimentations a représenté 24 millions d’euros. La répartition du marché a ainsi peu évolué : semiconducteurs 69%, passifs 11%, électromécanique 13%, les alimentations 4%, le reste atteignant 3%.

« Après les événements de ces derniers mois, ce marasme n’est pas surprenant. De nombreux clients ont reporté leurs commandes, la situation dans la chaîne d’approvisionnement n’est pas très transparente, il y a encore des problèmes de transport. Nous supposons qu’après la pause estivale, il y aura une réévaluation de la demande future de composants, positivement ou négativement. L’évolution positive de certaines zones de production en Asie ne changera rien à cela », a commenté Georg Steinberger, président du FBDi.