Au quatrième trimestre 2020, les livraisons mondiales de modules IoT cellulaires ont augmenté séquentiellement de 9%, mais ont diminué de 6% par rapport au 4e trimestre 2019, selon Counterpoint. Les livraisons totales de modules IoT cellulaires pour 2020 ont atteint 265 millions d’unités.

La crise sanitaire et la pénurie de semiconducteurs ont ainsi empêché un redressement complet du marché des modules IoT cellulaires, analyse le cabinet d’études. La pandémie de Covid-19 a ralenti la demande de modules IoT cellulaires dans les secteurs de la mobilité, mais le cabinet d’études note une adoption accrue parmi d’autres secteurs verticaux de l’industrie, tels que les soins de santé et les passerelles réseau. Seuls le Japon et la Corée du Sud ont connu une augmentation des livraisons sur une base annuelle au 4e trimestre.

Thales conserve son 2e rang mondial

Côté fournisseurs de modules, le Chinois Quectel a continué de dominer le marché mondial en termes de volumes d’expédition et de revenus. Cependant, il a perdu des parts de marché au cours des trimestres successifs en raison de la montée en puissance d’autres fournisseurs, notamment en Chine. Il y a eu une concurrence intense pour la deuxième place entre Thales, Sierra Wireless et Fibocom. L’impact négatif du Covid-19 a contraint Thales à céder la deuxième place à Fibocom au deuxième trimestre 2020. Cependant, Thales l’a reprise au troisième trimestre 2020, pour la conserver jusqu’à la fin de l’année. L’amélioration des performances en Europe, en Amérique du Nord et au Japon a permis à Thales de regagner sa position. Sierra Wireless est sorti du classement des cinq premiers fournisseurs de modules IoT cellulaires avec la cession de son activité automobile à un consortium dirigé par Fibocom Wireless pour former une société indépendante, Rolling Wireless. Parmi les grands fournisseurs de modules en Chine, seuls Fibocom et Meig ont connu une croissance au quatrième trimestre 2020 en termes de livraisons.

Côté standards, les modules 4G LTE ont continué de dominer, contribuant à près de la moitié des volumes de livraisons mondiaux de modules IoT cellulaires. La demande de modules 4G Cat-1 devrait augmenter considérablement cette année, souligne le cabinet d’études. La demande de modules NB-IoT reste solide, contribuant à un tiers des volumes d’expédition de modules IoT cellulaires au quatrième trimestre 2020. Les compteurs intelligents, la télématique et les services publics sont les principales applications de la technologie NB-IoT. La demande de modules IoT 5G au cours du trimestre a été limitée au marché des routeurs / CPE et à d’autres applications industrielles. Cependant, la majorité des modules 5G lancés devraient entrer en production de volume au second semestre 2021. La demande commencera également à décoller avec l’amélioration de la couverture 5G sur de nombreux marchés clés tels que la Chine, l’Amérique du Nord et certaines parties de l’Europe.

Le prix moyen de vente des modules NB-IoT (prix de vente moyen) continue de baisser (-3% en glissement annuel). Les modules à moins de 5 $ ont contribué à près du tiers des livraisons au cours du 4e trimestre. Le prix moyen de vente des modules 4G LTE Cat 1 a diminué de 9% en glissement annuel au quatrième trimestre 2020 et devient un choix de plus en plus concurrentiel pour remplacer de nombreuses applications M2M 2.5G / 3G existantes et futures, commente Counterpoint.

Commentant le paysage des fournisseurs de jeux de circuits de modules IoT cellulaires, Counterpoint souligne que Qualcomm a encore augmenté sa part de marché mondial à près de 50% au quatrième trimestre 2020, grâce à la demande croissante de modules 4G et LPWA. Alors que les principaux fournisseurs de modules chinois cherchent à étendre leur présence au-delà de la Chine, Qualcomm et d’autres fournisseurs tels que Sony (Altair Semi) et Sequans pourraient être les principaux bénéficiaires de ce marché à l’avenir. HiSilicon a été le premier fournisseur en matière de technologie NB-IoT. Il devrait continuer à mener la danse au cours des prochains trimestres malgré les sanctions américaines. Cependant, Unisoc et MediaTek sont en embuscade.