Le Lyonnais Wattsense, start-up technologique qui propose une solution de connexion aux équipements et systèmes de gestion technique du bâtiment (GTB) à la demande, non intrusive et entièrement configurable, annonce une levée de fonds de 2,3 millions d’euros complétée par des financements non-dilutifs de 600 000 euros.

Ce financement vise à déployer son module de communication universellement compatible, une solution « plug & play » qui ambitionne de devenir un standard permettant de faire passer les bâtiments dans l’ère numérique.

Créée en 2017 et employant 18 personnes, Wattsense développe une solution pluri-technologique, intégrant électronique, informatique embarquée et services cloud, qui permet de communiquer à distance avec les équipements techniques des bâtiments quelles que soient leur marque, leur modèle, leur ancienneté.

Pour Louis Vermorel, fondateur et président de Wattsense, le constat est simple : la multiplicité des protocoles de communication utilisés par les équipements et les systèmes de gestion technique du bâtiment, ainsi que leur ancienneté, sont devenus des obstacles à la digitalisation des bâtiments et à l’explosion des services d’optimisation qui en découlerait.

La solution Wattsense constitue une couche d’abstraction placée au-dessus de l’infrastructure informatique de la GTB et de chacun des équipements, qui permet aux applications tierces de s’y connecter et d’être déployées aisément à grande échelle.

« Les équipements et systèmes de gestion technique du bâtiment se sont progressivement transformés en un agglomérat de composants incompatibles et d’architectures impénétrables. Cette infrastructure technologique chaotique fait barrage entre les bâtiments et l’industrie moderne du web. C’est là que nous intervenons en résolvant cette anarchie, pour que les développeurs du smart building n’aient pas à le faire », explique Louis Vermorel.

Les bâtiments consomment 9% de l’énergie mondiale. Le déploiement à l’échelle d’applicatifs d’optimisation devrait permettre à terme de réduire d’environ 30 % cette facture énergétique.

En accélérant la révolution digitale des bâtiments, en les équipant d’un module de communication universellement compatible, en les faisant communiquer avec un grand nombre d’applicatifs d’optimisation, Wattsense permettra à la fois de réduire la consommation énergétique des bâtiments, d’anticiper les défaillances et de prolonger la durée de vie des équipements techniques, d’augmenter la productivité des opérations de maintenance et de supervision des bâtiments, d’accroître le confort de leurs utilisateurs.

Cette levée de 2,3 millions d’euros a principalement été menée auprès de Kreaxi, de Bpifrance, via son Fonds Ambition Amorçage Angels (F3A), géré pour le compte de l’Etat dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA), de Demeter et de business angels dont Hélea Financière. Les actionnaires historiques, Wattsense Participations – qui regroupe les actionnaires « love money » – et Electra Invest – qui réunit cinq business angels rhônalpins – renouvellent leur soutien au projet. Des financements non-dilutifs de 600K€ viennent compléter le dispositif.

Afin d’assurer le lancement commercial de sa première solution industrialisée et de poursuivre les développements informatiques nécessaires pour adresser le marché mondial, Wattsense accueille donc quatre nouveaux actionnaires majeurs : Kreaxi, Demeter, Bpifrance via son fonds d’amorçage F3A, et Hélea Financière.