Sélectionner une page

La sous-traitance électronique reste forte en Europe

La sous-traitance électronique reste forte en Europe

Malgré le déclin de la production électronique européenne décrit hier par l’IPC dans un rapport, l’organisation professionnelle estime que la sous-traitance électronique reste forte sur notre continent et va par conséquent jouer un rôle crucial dans le soutien aux transitions numérique et écologique de l’Europe.

Dans un rapport publié en début de semaine et sur lequel nous sommes revenus hier dans ViPress, l’IPC a exhorté l’Europe à enrayer le déclin de sa production électronique, alertant sur le fait que, si rien n’est fait, ce déclin va se poursuivre et mettre en péril les priorités stratégiques de l’UE en termes de sécurité, de résilience industrielle et de compétitivité.

Dans ce rapport qui prend en compte la production électronique européenne dans son ensemble et huit secteurs applicatifs stratégiques (Aérospatial/Défense, Automatisation, Santé, Mobilité, Énergies renouvelables, Sécurité, Serveurs, Infrastructures télécoms), l’IPC fait un point sur les différents pans de la filière électronique en Europe, y compris la sous-traitance qui constitue clairement pour l’organisation professionnelle le domaine qui résiste le mieux au déclin décrit dans ce rapport.

L’IPC parle même d’un avenir prometteur pour le marché européen de la sous-traitance électronique, porté par les progrès technologiques en cours et les initiatives stratégiques visant à améliorer la compétitivité et la durabilité. Qui plus est, la complexité croissante et l’intégration de l’électronique dans divers secteurs continueront de stimuler la demande de services de sous-traitance, d’autant que l’évolution vers des chaînes d’approvisionnement plus durables et localisées créera de nouvelles opportunités dans l’UE.

Alors que l’UE continue d’investir dans les technologies de fabrication avancées et de renforcer son écosystème électronique, la sous-traitance devrait jouer un rôle crucial dans le soutien aux transitions numérique et écologique de l’Europe, selon l’IPC, qui précise qu’elle pourra maintenir son avantage concurrentiel et contribuer à la croissance et à la résilience de la fabrication électronique européenne dans son ensemble en se concentrant sur l’innovation, l’efficacité et la durabilité.

Preuve de la bonne résistance de ce secteur au déclin de la production européenne, le nombre de sous-traitants en électronique n’a que très peu diminué au cours de la dernière décennie, comme le montre la figure en bas de cet article. Et la France reste un haut lieu de la sous-traitance électronique européenne avec le deuxième plus important contingent d’entreprise en Europe, derrière l’Allemagne, mais loin devant des pays tels que la Grande Bretagne et l’Italie (voir carte ci-dessous).

© IPC / Decision / In4ma

Si le marché de la sous-traitance électronique résiste bien, c’est parce qu’il s’est adapté au fil du temps. Retraçant l’historique de ce secteur, l’IPC note qu’il a considérablement évolué au cours des dernières décennies.

Initialement, la sous-traitance était considérée comme une fonction de support pour les équipementiers, en fournissant des services d’assemblage de base, avant de connaître, dans les années 1990, une croissance rapide en raison de l’externalisation accrue des équipementiers motivée par la nécessité de réduire leurs coûts et de se concentrer sur leurs compétences de base. Cette période a vu l’essor de grands groupes de sous-traitance, essentiellement américains, tels que Flextronics, Jabil ou encore Celestica, mais qui ont établi une forte présence en Europe grâce à des fusions, des acquisitions et la mise en service d’usines sur notre continent.

Dans les années 2000, la sous-traitance européenne a continué à se développer à mesure que les progrès technologiques et la mondialisation alimentaient la demande de services plus complexes et de grande valeur. L’adoption de technologies de fabrication avancées, telles que la technologie de montage en surface (SMT) et les chaînes d’assemblage automatisées, a par ailleurs permis aux sous-traitants d’offrir une gamme plus large de services, notamment la conception, le test et la logistique. La croissance du secteur a également été portée par la complexité croissante des produits électroniques et la nécessité de cycles de vie plus courts des produits, ce qui a imposé des solutions de fabrication flexibles et évolutives.

Aujourd’hui, la sous-traitance électronique est un élément essentiel de l’écosystème de la fabrication électronique en Europe, en proposant une gamme diversifiée de services, depuis l’assemblage de base jusqu’à la gestion complète du cycle de vie du produit, en passant par la conception, le test, l’ingénierie, l’assemblage complet du produit, la logistique et les services après-vente. L’IPC note également que la sous-traitance électronique en Europe est très compétitive et comprend à la fois des géants mondiaux et de nombreuses PME qui approvisionnent des marchés de niche et des applications spécialisées.

Le marché de la sous-traitance dans l’UE est tiré par plusieurs secteurs clés, dont les huit secteurs analysés dans le rapport de l’IPC. Le secteur automobile, par exemple, a connu une croissance substantielle en raison de l’intégration croissante de l’électronique dans les véhicules et de l’essor des véhicules électriques et autonomes. L’électronique industrielle représente également un segment de marché important, stimulé par la demande de solutions d’automatisation et de fabrication intelligente. De plus, le secteur de l’électronique médicale s’est lui aussi développé, alimenté par les progrès des dispositifs médicaux et des équipements de diagnostic.

Malgré ses atouts, la sous-traitance électronique européenne est confrontée à plusieurs défis, parmi lesquels la concurrence croissante des régions manufacturières à bas coûts, en particulier en Asie. Des pays comme la Chine et le Vietnam offrent des coûts de main-d’œuvre inférieurs et ont développé de solides capacités de sous-traitance, ce qui en fait des alternatives attrayantes pour les équipementiers cherchant en premier lieu à réduire leurs coûts de fabrication, selon l’IPC. Ce qui impose aux sous-traitants européens d’innover en permanence pour améliorer leur efficacité et rester compétitifs.

Un autre défi important est la dépendance à l’égard des composants et des matériaux importés. La sous-traitance européenne dépend fortement des chaînes d’approvisionnement mondiales pour les composants électroniques clés, tels que les semiconducteurs et les circuits imprimés. Les perturbations de ces chaînes d’approvisionnement, comme on l’a vu lors de la pandémie de Covid-19, peuvent avoir des impacts importants sur les délais et les coûts de production. En outre, les exigences réglementaires et les normes strictes de l’UE ajoutent de la complexité et des coûts aux processus de fabrication.

Pour relever ces défis, l’IPC observe que les sous-traitants de l’UE se concentrent sur plusieurs initiatives stratégiques. L’un des domaines clés est l’adoption des technologies de l’Industrie 4.0, notamment l’IoT, l’IA et la robotique avancée, qui permettent une plus grande automatisation, améliorent l’efficacité de la production et permettent des processus de fabrication plus flexibles. En tirant parti de ces avancées, les sous-traitants peuvent réduire les coûts, améliorer la qualité des produits et offrir davantage de services à valeur ajoutée à leurs clients. Un autre objectif stratégique consiste bien évidemment à renforcer les chaînes d’approvisionnement régionales et à réduire la dépendance à l’égard des sources non européennes, ce à quoi contribuent des initiatives de l’UE telles que l’European Chips Act concernant la production de semiconducteurs en Europe.
Enfin, l’accent est de plus en plus mis sur la durabilité et les pratiques de fabrication respectueuses de l’environnement, ce qui joue en faveur des sous-traitants européens qui adoptent de plus en plus des procédés de fabrication plus écologiques et se concentrent sur la recyclabilité et l’efficacité énergétique de leurs produits.

© IPC / Decision / In4ma

INSCRIPTION NEWSLETTER

DECOUVREZ VIPRESS MESURE

REJOIGNEZ-NOUS

Newsletters par date

juillet 2024
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This