Au cours du premier semestre de l’exercice fiscal 2020/21 (entre le 1er avril 2020 et le 30 septembre 2020), Alstom a enregistré 2,7 milliards d’euros de commandes et le chiffre d’affaires a atteint 3,5 milliards d’euros. Le ratio commandes sur chiffre d’affaires s’est établi à 0,8. Pour l’ensemble de l’exercice, Alstom vise un chiffre d’affaires compris entre 7,6 milliards d’euros et 7,9 milliards d’euros et un book-to-bill supérieur à 1.

« Au cours du premier semestre, l’activité commerciale du groupe a été impactée tel qu’anticipé par un décalage des appels d’offres vers le second semestre dans le contexte de la crise sanitaire. Néanmoins, nous avons réussi à sécuriser d’importants contrats notamment en Asie du Sud-Est et en Asie Centrale. Nous sommes confiants que les divers plans de relance et la demande croissante de solutions de mobilité propre conduiront à une reprise solide du marché, qui se traduit dans la dynamique commerciale du second semestre. La production est revenue à un niveau normal au deuxième trimestre. Enfin, ces derniers mois, nous avons franchi des étapes majeures dans le processus d’acquisition de Bombardier Transport, et nous anticipons la réalisation de la transaction au premier trimestre 2021 », a commenté Henri Poupart-Lafarge, p-dg d’Alstom.

Le groupe a enregistré 2652 millions d’euros de commandes au cours du premier semestre 2020/21, soit près de la moitié des 4618 millions d’euros de commandes pour la même période l’année dernière. Cette baisse était attendue, en conséquence du décalage de l’activité commerciale dans le contexte de la crise sanitaire du Covid-19. Au 30 septembre 2020, le carnet de commandes a atteint 40 milliards d’euros, conférant une bonne visibilité sur les ventes futures. Le ratio commandes sur chiffre d’affaires a atteint 0,8, reflétant l’impact de la crise du Covid-19.

Au cours du premier semestre 2020/21, le chiffre d’affaires d’Alstom a atteint 3518 millions d’euros, en baisse organique de 13%. Cette baisse est principalement liée à l’impact de la crise du Covid-19, en particulier durant la période de confinement au premier trimestre où certaines de ses unités de production et de ses fournisseurs ont dû temporairement ralentir leurs opérations. Les opérations au second trimestre sont revenues à leur niveau normal avec un chiffre d’affaires de 2011 millions d’euros, en hausse par rapport aux 1507 millions d’euros du premier trimestre. Le résultat d’exploitation ajusté s’est élevé à 263 millions d’euros menant à une marge d’exploitation ajustée de 7,5%. Le résultat net (des activités poursuivies, part du groupe) s’est élevé à 161 millions d’euros.

Prenant l’hypothèse que la ‘seconde vague’ du Covid-19 n’affecte pas significativement l’appareil de production ou le potentiel commercial à venir, Alstom vise pour l’exercice 2020/21 un chiffre d’affaires compris entre 7,6 milliards d’euros et 7,9 milliards d’euros et une performance commerciale menant à un book-to-bill (ratio commandes sur chiffre d’affaires) supérieur à 1.

Le 31 juillet 2020, la Commission Européenne a approuvé l’acquisition par Alstom de Bombardier Transport. L’approbation de l’opération par la Commission est sujette aux engagements proposés. Le 16 septembre 2020, Alstom a annoncé la signature du contrat de vente et d’achat avec Bombardier et la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) pour l’acquisition de Bombardier Transport. Le prix a été révisé pour tenir compte du contexte actuel. Le prix d’acquisition est désormais attendu jusqu’à 5,3 milliards d’euros à comparer avec la fourchette initiale de 5,8-6,2 milliards d’euros. La réalisation de l’opération est désormais attendue pour le 1er trimestre 2021, sous réserve des approbations réglementaires et des conditions de réalisation usuelles.

Voir la présentation des résultats