La SIA (Semiconductor Industry Association), dont les membres représentant environ 95% des ventes des sociétés américaines de semiconducteurs, a publié la déclaration suivante de son président, John Neuffer, concernant l’accord commercial « phase un » entre les États-Unis et la Chine signé hier.

« L’accord commercial de phase un signé aujourd’hui contribue à atténuer l’incertitude dans l’industrie des semiconducteurs, et nous espérons qu’il fournira un tremplin vers un accord plus global entre les deux plus grandes économies du monde. Nous saluons les progrès importants réalisés aujourd’hui et exhortons les deux parties à poursuivre les négociations pour parvenir à un accord de phase deux qui garantisse des conditions de concurrence équitables en Chine et s’attaque à certaines des questions les plus épineuses, telles que les subventions publiques qui peuvent fausser massivement le marché ».

Selon le communiqué de la Maison Blanche, la Chine a accepté de procéder à des réformes structurelles importantes dans un large éventail de domaines critiques, en contrepartie d’un assouplissement sur les taxes américaines des importations de produits chinois.

Pour la première fois dans un accord commercial, la Chine a accepté de mettre fin à sa pratique consistant à forcer les entreprises étrangères à transférer leur technologie aux entreprises chinoises afin d’accéder au marché. La Chine s’attaquera à de nombreuses préoccupations de longue date en matière de propriété intellectuelle dans les domaines des secrets commerciaux, des marques, de l’application des lois contre les produits piratés et contrefaits, etc., assure le bureau ovale.

Dans le cadre du nouvel accord, la Chine s’est notamment engagée à augmenter les importations de biens et services américains d’au moins 200 milliards de dollars.