Le marché mondial des semiconducteurs utilisés dans les compteurs d’énergie devrait atteindre plus de 1 milliard de dollars en 2023, contre 907 millions de dollars en 2018, selon IHS Markit.

L’automatisation de la facturation, le contrôle contre les fraudes, l’analyse prédictive sont quelques-uns des moteurs de la gestion intelligente liés aux compteurs communicants bidirectionnels.

Le contenu moyen des semiconducteurs dans un compteur bidirectionnel variait entre 4 $ et 8 $ en 2018, selon les caractéristiques et la région de production. L’érosion des prix est limitée et les prix de vente moyens pour certains circuits intégrés devraient même afficher une légère augmentation au fil du temps, selon IHS Markit.

La demande pour une mesure précise de l’énergie et une communication sécurisée continue de favoriser l’adoption de microcontrôleurs et de circuits intégrés analogiques plus performants. En fait, les deux tiers des revenus semiconducteurs des compteurs proviennent du microcontrôleur et des composants analogiques.

« Les solutions de type système sur puce (SoC) pour les compteurs électriques deviennent plus intelligentes et intègrent des protocoles de sécurité plus élevés pour rendre la gestion des factures plus efficace pour l’utilisateur et le service public », souligne le cabinet d’études.

L’adoption des technologies de la communication dépend fortement de la région de mise en œuvre. Bien que les technologies conventionnelles prédominent, l’adoption croissante de l’IoT cellulaire, du NB-IoT et de la 5G est une tendance importante de l’industrie à surveiller, conclut IHS Markit.

Les compteurs d’électricité représentent la très grande part de ce marché. Les compteurs d’eau et de gaz nécessitent moins de composants semiconducteurs. Cependant, ces compteurs nécessitent des semiconducteurs pour la détection et la gestion de la batterie, souligne le cabinet d’études.