Dimanche, Western Digital a publié un communiqué, officialisant sa décision de demander l’arbitrage de la Cour internationale d’arbitrage de la CCI dans son différend avec Toshiba concernant la vente de Toshiba Memory. Western Digital conteste à Toshiba le droit de vendre son activité dans les mémoires sans son consentement. Toshiba considère que la demande de Western Digital est non avenue.

Western Digital et Toshiba sont partenaires de longue date dans la conception et la production de mémoires flash NAND au travers de trois sociétés communes. De son côté, Toshiba se dit confiant quant à l’issue de cet arbitrage. Son principal argument devrait être que Western Digital a racheté Sandisk (le partenaire initial de Toshiba dans les mémoires flash NAND) sans avoir eu besoin d’obtenir le consentement du groupe japonais.

A l’occasion d’une conférence de presse ce matin, le président de Toshiba Satoshi Tsunakawa a déclaré : « la vente de la majorité de notre activité semiconducteurs ne pose aucun conflit avec notre contrat de société commune. Par conséquent, Western Digital n’a aucune base pour stopper la procédure. Nous communiquerons aux candidats repreneurs la légitimité de notre argumentation pour dissiper leurs craintes »,  rapporte le quotidien japonais Nikkei.

Selon le Nikkei, le groupe nippon valoriserait Toshiba Memory à au moins 2000 milliards de yens, soit quelque 17,5 milliards de dollars. Des cinq candidats en lice (KKR/INCJ,  SK Hynix, Broadcom, Foxconn Hon Hai Precision et Western Digital), ce dernier ne présenterait pas la proposition la mieux-disante. D’où sa volonté de bloquer la procédure.

L’activité mémoires de Toshiba a représenté pour l’exercice 2015 (clos fin mars 2016) un chiffre d’affaires de 845,6 milliards de yens (7,43 milliards de dollars) pour un bénéfice opérationnel de 110 milliards de yens (966 M$). Selon TrendForce, Toshiba était le 2e fournisseur mondial de mémoires flash NAND au quatrième trimestre 2016, avec 18,3% du marché. Devancé par le Coréen Samsung (37,1% du marché), il était devant son partenaire Western Digital (17,7%).

Ce matin, Toshiba a présenté ses résultats non audités pour son exercice fiscal 2016-2017 clos fin mars. Le groupe prévoit ainsi une perte nette de 950 milliards de yens (7,7 milliards d’euros) pour un chiffre d’affaires global de 4870 milliards de yens, en recul de 6% par rapport à l’exercice précédent.

Dans son document de 22 pages, Toshiba présente ses prévisions par segment d’activité pour l’exercice en cours (voir illustration ci-dessous). Notons qu’en dehors de l’avenir de Toshiba Memory, le groupe nippon souligne que ces prévisions ne tiennent pas compte de la décision stratégique à venir concernant Landis+Gyr, le fournisseur suisse de solutions intégrées de gestion des énergies que le groupe japonais avait racheté en mai 2011 pour 2,3 milliards de dollars.