Florence Parly, ministre des Armées, a présenté sa feuille de route en matière d’intelligence artificielle (IA) et d’innovation, ce vendredi 16 mars, à l’occasion du lancement de l’étude « Man Machine Teaming » (MMT), qui vise à développer l’intelligence artificielle pour l’aviation de combat. Un investissement progressif de 100 millions d’euros par an sera consenti par la Défense dans le domaine de l’intelligence artificielle. 

Identifiée par la mission de Cédric Villani comme un secteur prioritaire pour l’investissement public en intelligence artificielle, la défense recèle une grande variété d’applications potentielles de l’IA : reconnaissance automatique d’images, guerre électronique, combat collaboratif, navigation autonome des robots, cybersécurité, maintenance prédictive, aide à la décision et au commandement, etc.

Florence Parly a annoncé que le ministère des Armées avait l’intention de se donner tous les moyens financiers et humains pour réussir le tournant de l’IA. La ministre a ainsi annoncé le recrutement d’une cinquantaine d’experts supplémentaires en matière de data science et d’IA et l’investissement progressif de 100 millions d’euros par an dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Une veille technologique accrue sera également assurée par l’ « Innovation Defense Lab », le nouveau hub de l’innovation de défense ouvert sur l’écosystème des start-up, qui sera inauguré cette année.

Concrètement, le partenariat d’innovation ARTEMIS, notifié en novembre 2017, fournira par exemple une infrastructure de stockage et de traitement massif de données adaptée aux besoins défense. Enfin de nombreuses études et recherches pour des applications opérationnelles de l’IA seront lancées, profitant de l’augmentation à 1 milliard d’euros par an du budget des études et de l’innovation du ministère des Armées prévue dans la Loi de programmation militaire 2019-2025.

Le projet MMT présenté à la ministre des Armées par la DGA et les industriels Dassault Aviation et Thales s’inscrit dans cette feuille de route. Il consiste à améliorer l’aéronautique de combat en apportant réactivité et aide à la prise de décision des aviateurs et des opérateurs grâce à l’IA. La DGA, Dassault Aviation et Thales seront entourés dès le début du projet des compétences des PME et des laboratoires français qui travaillent sur les applications civiles de l’IA. Cet écosystème sera associé pour élaborer des algorithmes de très haut niveau et proposer des solutions disruptives.

Le Plan d’Étude Amont Man-Machine-Teaming a été notifié aux industriels par la DGA en janvier 2018. Il se déroulera sur trois ans et impliquera Dassault Aviation (mandataire, système de combat aérien) et Thales (cotraitant, part Interface Homme/Système et capteurs).

MMT vise entre autres à définir les cockpits et les systèmes autonomes futurs, à faire progresser les technologies innovantes dans le domaine des équipiers Homme et Machine au sein du système aérien cognitif, en particulier dans l’autonomie décisionnelle et le machine learning et enfin, à faire progresser les concepts et technologies dans le domaine des capteurs intelligents / apprenants.

Enfin, Florence Parly a également annoncé la création d’une agence de l’innovation de défense au sein du ministère des Armées. Cette agence sera ouverte sur l’économie civile, sur les start-up, tournée vers l’Europe pour permettre le développement de projets de défense innovants.

Plus d’infos sur le projet MMT