Alors que le déploiement commercial de la 5G pour les usagers du téléphone prend de l’ampleur, la nouvelle génération de connectivité cellulaire aura également un effet transformateur sur les routes du monde entier. Dès 2023, les voitures commenceront à communiquer entre elles pour accroître la sécurité routière et le trafic. Selon le cabinet de conseil technologique mondial ABI Research, un total de 41 millions de voitures connectées 5G seront déjà sur les routes d’ici 2030.

Ce nombre passerait à 83 millions de voitures connectées 5G d’ici 2035. D’ici là, les voitures connectées 5G feront plus de 75% du total des voitures équipées du C-V2X (Communication Vehicle-of-Everything).

« Ces chiffres soulignent l’énorme dynamisme de la connectivité cellulaire, et en particulier de la 5G, dans le secteur automobile. En conséquence, nous verrons un nombre croissant de constructeurs automobiles commencer à développer des modules C-V2X pour leurs voitures en 2020. Nous pouvons alors nous attendre à ce que les premières voitures connectées 5G soient sur les routes en 2022 », explique Leo Gergs, analyste de recherche pour les marchés 5G chez ABI Research.

Selon le cabinet d’études, Ford a déjà annoncé de nouveaux modèles de voitures équipés de C-V2X pour 2021, d’autres poids lourds automobiles comme Audi, BMW et Volkswagen se sont associés à Ericsson, Huawei ou Nokia pour lancer des projets à grande échelle pour tester les capacités de la technologie cellulaire pour les cas d’utilisation de voitures connectées. Les résultats de ces projets de validation de principe sont de bon augure et montrent qu’en améliorant l’efficacité du trafic, la 5G peut réduire la consommation de carburant jusqu’à un tiers. « Plus important encore, le partage des données des capteurs rendra le dépassement beaucoup plus sûr et sera essentiel pour protéger les usagers de la route les plus vulnérables (comme les piétons ou les cyclistes). Par conséquent, l’intégration de la connectivité cellulaire basée sur la 5G dans les voitures sera essentielle pour concrétiser la vision d’un zéro accident de la route », souligne Leo Gergs.

Au total, ABI Research a quantifié la contribution de la 5G au PIB mondial : elle atteindrait 17 000 milliards de dollars d’ici 2035. Une grande partie de ce PIB mondial se fera en augmentant la sécurité du trafic routier, ce qui réduirait considérablement les dépenses de santé et de soins.

« Pour libérer tous ces avantages, les autorités publiques et les propriétaires d’infrastructures de transport doivent prendre conscience de leur responsabilité de financer l’installation de réseaux cellulaires et de permettre le déploiement généralisé du C-V2X pour rendre le trafic routier plus sûr et plus écologique », interpelle Leo Gergs. « Les récents développements concernant la décision de la FCC américaine d’ouvrir la fréquence 5,9 GHz à la technologie C-V2X sont un premier pas dans la bonne direction. Maintenant, d’autres régulateurs doivent suivre. En outre, les fournisseurs d’infrastructure et les opérateurs de réseaux doivent se réveiller et travailler en étroite collaboration avec les constructeurs automobiles pour faire de la 5G un succès pour les voitures connectées », conclut l’analyste.

Plus d’infos sur le rapport “5G in Automotive and Smart Transportation” d’ABI Research.