Les ventes mondiales de semiconducteurs ont atteint 35 milliards de dollars pour le mois de mai 2020, soit 1,5% de plus qu’en avril 2020, et 5,8% de plus qu’en mai 2019, selon les statistiques mensuelles du WSTS. Une performance obtenue grâce à la Chine, alors que le marché européen décroche.

Les plus mauvais résultats ont été enregistrés en Europe. Ne dépassant pas 2,92 milliards de dollars en mai, le marché européen des semiconducteurs a en effet reculé de 6,5% par rapport à avril 2020 et a chuté de 12,9% par rapport à mai 2019. A l’inverse, en Chine, le marché a progressé séquentiellement de 5,8% et de 4,9% sur un an, à 12,46 milliards de dollars. De son côté, le marché américain a gagné 1,9% en un mois, à 7,43 milliards de dollars (+25,5% par rapport à mai 2020 !). A 9,23 milliards de dollars, l’Asie (hors Chine)/reste du monde cède 1,7% en un mois et progresse de 2,5% sur un an. Quant aux ventes de mai au Japon, elles ont progressé de 2,8% en un mois et de 1,5% sur un an, à 2,93 milliards de dollars.

« Le marché mondial des semiconducteurs en mai a bien résisté aux perturbations économiques généralisées causées par la pandémie de Covid-19, mais il subsiste une incertitude importante pour les mois à venir. Les dernières prévisions de l’industrie prévoient une croissance annuelle modeste pour 2020, suivie d’une augmentation plus importante des ventes en 2021 », a déclaré John Neuffer, président de la SIA, l’association américaine de l’industrie des semiconducteurs.

La SIA reprend en effet à son compte les prévisions du WSTS actualisées début juin : +3,3%, à 426 milliards de dollars en 2029 ; +6,2% en 2021, pour une consommation de 452 milliards de dollars. Tous les marchés régionaux et toutes les grandes familles de produits seraient en croissance l’an prochain (voir notre article).