Sélectionner une page

Connectivité, interopérabilité, intelligence : les maîtres-mots de la maison du futur

Connectivité, interopérabilité, intelligence : les maîtres-mots de la maison du futur

Aujourd’hui, presque tout peut être automatisé dans une maison. Mais à trop en faire, cela peut aller à l’encontre du but premier de l’automatisation, à savoir faciliter le quotidien des utilisateurs. A moins que des solutions alliant connectivité, interopérabilité et intelligence ne soient mises en place, seul moyen pour que les promesses de la maison intelligente soient tenues.


Par Robbie Paul, directeur du développement de l’activité IoT, et Josh Mickolio, responsable du développement de l’activité des fournisseurs de la division sans fil de Digi-Key Electronics

Le marché mondial des équipements dédiés à la maison intelligente représentait 68,8 milliards de dollars en 2020 et devrait atteindre 156,6 milliards de dollars d’ici 2028. Au fil des années, le concept de maison intelligente a évolué pour parvenir à ce marché en forte croissance. Si bien qu’aujourd’hui, presque tout dans la maison peut être automatisé, des interphones vidéo aux systèmes d’arrosage, en passant par l’éclairage intelligent, les assistants vocaux ou encore les robinets activés par la voix.

Robbie Paul

Josh Mickolio

De nombreux consommateurs recherchent aujourd’hui la connectivité, l’efficacité énergétique et la durabilité dans chaque aspect de leur vie quotidienne et la maison intelligente y participe. Tout a commencé avec le Wi-Fi qui a permis la réalisation d’applications simples comme les thermostats connectés. Mais d’autres technologies sont nécessaires pour aller plus loin et tenir les promesses de la maison intelligente. Cet article fait le point sur les dernières innovations dédiées à ce secteur, dont les maîtres-mots sont connectivité, interopérabilité et intelligence.

L’importance de la connectivité
À l’apparition des premiers dispositifs pour maison intelligente, le Wi-Fi constituait une excellente option de connectivité, car la plupart des gens possédaient déjà un réseau Wi-Fi chez eux. Mais à mesure que le secteur a évolué, il s’est rapidement écarté du Wi-Fi en tant qu’option de connectivité principale, essentiellement parce qu’il s’agit d’une solution énergivore. Et même si cette technologie convient bien aux équipements qui sont en permanence connectés directement à une source d’alimentation murale, le Wi-Fi n’est pas un choix durable pour les capteurs et les produits alimentés par batterie.

Le système de recharge d’un véhicule électrique peut se connecter aux réseaux d’une maison intelligente pour devenir lui-même plus intelligent, voire alimenter la maison en cas d’urgence. Crédit photo : Digi-Key

Autre difficulté liée au Wi-Fi : la mise en service et l’octroi de l’accès au réseau pour chacun des dispositifs intelligents. Si vous équipez votre maison entière d’un éclairage intelligent, cela fait beaucoup d’ampoules auxquelles octroyer l’accès au réseau ! Et que dire lorsqu’il faut changer de mot de passe Wi-Fi ? Reconnecter chaque ampoule, chaque capteur et chaque dispositif n’est bien évidemment pas une solution viable.

Le Bluetooth est devenu l’option de connectivité idéale, tant du point de vue de la consommation d’énergie que de la mise en service. Vous pouvez connecter vos ampoules ou les dispositifs intelligents de votre choix à votre téléphone et les connecter automatiquement à votre Wi-Fi, et ils reconnaîtront toujours votre réseau domestique par le biais du Bluetooth. Il s’agit également d’une option disponible à grande échelle, étant donné que la plupart des gens possèdent un smartphone ou d’autres dispositifs compatibles Bluetooth.

Simplifier les protocoles pour la maison intelligente
La simplicité est un thème conducteur pour les dispositifs de maison intelligente. Ils doivent être faciles à configurer et à utiliser, car les gens les utilisent en fin de compte pour leur côté pratique, et pas pour se lancer dans une aventure de programmation informatique. Si ces dispositifs sont compliqués à configurer, alors les gens ne les utiliseront tout simplement pas. Une question essentielle se pose donc depuis le début : comment les fabricants peuvent-ils rendre la configuration et l’utilisation de ces dispositifs très simples ?

À mesure que les fabricants de dispositifs intelligents ont commencé à développer leurs gammes de produits pour inclure davantage de produits compatibles, ils ont lancé des protocoles pour maison intelligente comme Zigbee et Z-Wave afin d’avoir des produits propriétaires. Les protocoles pour maison intelligente constituent essentiellement le langage utilisé par les différents équipements pour communiquer entre eux. Le fait d’avoir des dispositifs qui parlent tous le même « langage » leur permet de communiquer et offre un net avantage. Et si tous les appareils au sein de la maison parlent le même langage et se connectent à un seul « concentrateur », qui lui-même se connecte au réseau Wi-Fi de la maison, cela permet à l’utilisateur de contrôler tous les dispositifs depuis un seul concentrateur plutôt que d’avoir à gérer chaque dispositif séparément.

Les concentrateurs pour maison intelligente peuvent tout alimenter dans une maison, du réglage de la température pièce par pièce ou du volume sonore d’un appareil Hi-Fi à l’éclairage, en passant par les équipements de sécurité. Crédit photo : Digi-Key

Mais les problèmes surviennent lorsqu’un consommateur dispose d’une porte de garage intelligente qui parle un protocole et d’ampoules intelligentes qui utilisent un autre moyen de communications. D’un seul coup, le propriétaire de la maison se retrouve avec une suite d’applications comme Zigbee, Wemo, Smart Things, Ecobee, GE, Alexa et bien d’autres, avec lesquelles il doit jongler afin de contrôler tous ses dispositifs « intelligents ». Retour à la case départ : l’utilisateur doit se glisser dans la peau d’un programmeur ou d’un développeur pour pouvoir profiter de ce système. De fait, même si les protocoles propriétaires étaient à la base une bonne idée, ils finissent par compliquer les choses pour les consommateurs ordinaires que nous sommes.

L’interopérabilité est essentielle
Pour rendre les dispositifs de maison intelligente accessibles au grand public, le plus grand défi consiste à réussir à les faire fonctionner tous ensemble, ce qui est désormais plus facile qu’avant. L’interopérabilité et la capacité à faire fonctionner ensemble sur un même système plusieurs appareils issus de différents fabricants sont indispensables pour simplifier l’expérience des consommateurs.

Dans une maison intelligente entièrement automatisée, il y a à la fois des produits qui sont branchés sur secteur (comme les ampoules) et d’autres alimentés par batterie (comme un capteur de température, par exemple). Et lorsque le réseau de la maison s’étend à l’extérieur, il y a également des caméras de sécurité, des systèmes d’irrigation, etc., pour lesquels la portée est rallongée, si bien que Bluetooth et Wi-Fi commencent à être insuffisants.

Il existe sur le marché un nouveau protocole « ouvert » axé sur l’interopérabilité : Matter. Le point fort de Matter, c’est que chaque dispositif branché qui utilise ce protocole agit comme un concentrateur et étend le réseau. Ainsi, un système d’irrigation dans le jardin, positionné près de la cuisine, peut communiquer avec l’ampoule de la cuisine, qui communique ensuite avec le système tout entier sans qu’aucun concentrateur ne soit nécessaire.

Grâce au protocole Matter, la maison intelligente du futur sera entièrement interopérable et ne nécessitera aucun concentrateur. Crédit photo : Digi-Key

Comme Matter est un système sans concentrateur, le réseau en lui-même est intelligent. Il ne s’agit pas d’une application hôte exécutée sur un téléphone, une tablette ou un ordinateur. Par exemple, grâce à l’intelligence de ce réseau, si vous allumez votre téléviseur et accédez à Netflix (ou si vous demandez à votre télécommande reliée à Alexa de le faire), les stores se fermeront automatiquement, l’éclairage baissera d’intensité en fonction de votre « mode film » et les portes se verrouilleront. Tous ces composants sont issus de différents fabricants, mais fonctionnent pourtant de concert, et c’est ce qui importe le plus.

Outre l’interopérabilité, il y a une couche d’intelligence artificielle qui rend le système encore plus pratique, au sens où le consommateur n’a pas besoin de gérer activement tous ces éléments. Par exemple, s’il y a un détecteur de mouvement et qu’il détecte que le propriétaire des lieux se trouve au rez-de-chaussée, il fait en sorte que la température au rez-de-chaussée soit conforme aux paramètres de confort préférés. En outre, le réseau et les capteurs apprennent au fil du temps les habitudes et les schémas comportementaux du propriétaire, et ajustent l’environnement en fonction de ses goûts.

La sécurité et le coût, deux verrous à faire sauter
Dans leur forme la plus simple, les appareils dédiés à la maison intelligente sont restés les mêmes à bien des égards, mais de nouvelles avancées logicielles ont apporté une nouvelle forme d’intelligence, de nouvelles fonctionnalités et de nouvelles capacités. Il y a bien une barrière psychologique que les consommateurs doivent franchir en ce qui concerne le fait que leur maison fasse toutes ces choses de manière automatique, mais le côté pratique et utile finira par prendre le dessus sur les inquiétudes. Pour que les consommateurs continuent de s’intéresser à ces équipements, les entreprises améliorent les fonctionnalités de sécurité afin de garantir aux utilisateurs que les informations privées à l’intérieur de leur domicile sont en sécurité.

Les coûts sont également un frein à une adoption de masse. Ces dispositifs deviennent chaque jour plus abordables, mais restent un investissement, et les consommateurs doivent déterminer ce qui est important pour eux. L’interopérabilité contribuera à faire baisser les prix et à faciliter l’adoption de différents appareils « intelligents ». En effet, les utilisateurs ne seront pas condamnés à utiliser éternellement les produits d’un seul fabricant.

Il faut espérer que ces technologies continueront à s’enrichir mutuellement pendant longtemps. Les consommateurs n’auront pas besoin de tout acheter d’un seul coup, mais pourront accroître leur « collection » au fil du temps. Digi-Key continue de stimuler l’innovation liée aux dispositifs et aux conceptions IoT du futur pour une grande variété d’industries et d’applications, et propose des ressources pédagogiques sur les technologies en devenir.

 

INSCRIPTION NEWSLETTER

DECOUVREZ VIPRESS MESURE

REJOIGNEZ-NOUS

Newsletters par date

avril 2024
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This