IQD, entreprise du groupe Würth Elektronik eiSos, présente son horloge atomique sur puce (CSAC) ICPT-1. L’ICPT-1, qui utilise le principe du piégeage cohérent de population (CPT) pour obtenir une fréquence très stable.

Alors que les oscillateurs rubidium détectent la transition atomique à l’aide d’une lampe à décharge au rubidium (lampe Rb), l’ICPT-1 fait appel au laser pour induire des transitions quantiques. La consommation électrique beaucoup plus faible du laser compte parmi ses atouts majeurs. D’autre part, le cycle de vie très limité d’une lampe Rb se situe typiquement aux alentours de dix ans, valeur largement inférieure à l’espérance de vie du laser.

Les utilisateurs peuvent connecter une entrée 1 PPS externe ou utiliser l’horloge interne comme sortie 1 PPS à des fins de synchronisation dans diverses applications. En mode de fonctionnement libre, utiliser l’horloge interne de l’ICPT-1 comme source de signal 1 PPS, permet de bénéficier d’un mode « hold-over » utile. L’ajustement de fréquence numérique et le compteur 1 seconde TOD (time of day) en option, sont accessibles par le biais d’une interface de communication série UART.

Contenue dans un boîtier de 36,0 x 45,0 x 14,5 mm, l’ICPT-1 est plus petite que les oscillateurs rubidium classiques et ne consomme typiquement que 500 mA @ 3,3 V. Compte tenu de sa tolérance de fréquence de 0,05 ppb, de sa stabilité à court terme de 0,09 ppb @ Tau = 1 s et de son vieillissement de seulement 0,03 ppb par jour, ce produit est comparable aux produits au rubidium de norme courante.

Entre autres applications, ce dispositif est destiné à la synchronisation ou comme horloge de référence des communications par satellite et sécurisées, des systèmes de navigation, mais aussi pour les applications de calcul de temps dans les secteurs de la finance, des services publics, de la sécurité et des télécommunications.

Fabricant : IQD

Référence : ICPT-1