Intel a annoncé la finalisation de la vente de la majorité de ses activités de modem pour smartphone à Apple. Cette transaction, évaluée à un milliard de dollars, avait été annoncée le 25 juillet 2019. Parallèlement, Intel accuse Qualcomm de l’avoir contraint à quitter ce marché.

Comme précédemment annoncé, la transaction avec Apple permet à Intel de se concentrer sur le développement de technologies pour les réseaux 5G tout en conservant toutefois la possibilité de développer des modems pour des applications autres que les smartphones, tels que les PC, l’Internet des objets et les véhicules autonomes.

Intel avait annoncé en avril dernier son retrait du marché des circuits modems pour smartphones 5G, suite à la décision de Qualcomm et d’Apple de mettre fin à tous leurs litiges.

Parallèlement, Intel a rendu public un document soutenant la Federal Trade Commission (FTC) qui s’oppose à l’appel interjeté par Qualcomm contre le jugement rendu en mai contre Qualcomm par la Cour de district des États-Unis du Northern District of California. Le tribunal a estimé que « les pratiques de Qualcomm en matière de licences ont étranglé la concurrence sur les marchés des puces CDMA et LTE pendant des années et ont nui aux concurrents, aux équipementiers et aux consommateurs finaux ».

« Intel souscrit aux conclusions du tribunal de district. Intel a essuyé les conséquences du comportement anticoncurrentiel de Qualcomm, s’est vu refuser des opportunités sur le marché des modems, a été empêché de vendre à ses clients et a été contraint de vendre à des prix artificiellement faussés par Qualcomm. Nous avons déposé ce mémoire parce que nous estimons qu’il est important que la Cour d’appel entende notre point de vue », justifie Steven R. Rodgers, vice-président exécutif et avocat général chez Intel.

« Qualcomm voudrait vous faire croire que sa position actuelle sur le marché – en tant que dernier fournisseur américain de puces de modem haut de gamme – est due à son « ingéniosité et à son sens des affaires », et que ses concurrents sur le marché ont échoué simplement parce qu’ils « n’offraient pas assez de circuits à des prix assez bas. Ce n’est tout simplement pas vrai », poursuit Steven R. Rodgers.

Intel accuse Qualcomm de l’avoir contraint de quitter ce marché, en raison de pratiques anticoncurrentielles déloyales. « Intel s’est battu pendant près de dix ans pour créer une entreprise rentable de puces modems. Nous avons investi des milliards, engagé des milliers de personnes, acquis deux sociétés et construit des produits innovants de classe mondiale qui ont fini par entrer dans les iPhones, y compris le dernier iPhone 11. Mais nous n’avons pas pu surmonter les obstacles artificiels à la concurrence loyale créés par le programme de Qualcomm et avons été forcés de quitter le marché cette année »…
Intel rappelle qu’en raison de ses pratiques anticoncurrentielles, Qualcomm a été condamné à une amende de près d’un milliard de dollars en Chine, de 850 millions de dollars en Corée, de 1,2 milliard de dollars à la Commission européenne et de 773 millions de dollars à Taïwan (dont le montant a ensuite été réduit).

« Étant donné l’importance de la technologie sans fil pour l’avenir de l’informatique connectée, y compris la promesse révolutionnaire de la 5G, nous appuyons fermement les efforts de la FTC et d’autres organismes chargés de faire respecter la loi visant à obliger Qualcomm à respecter les lois. Nous espérons que notre mémoire aidera à clarifier l’étendue du préjudice causé par le comportement illégal de Qualcomm et qu’il continuera à causer si rien n’est fait », conclut Steven R. Rodgers.

Voir le mémoire remis à la FTC par Intel