Sélectionner une page

Le gouvernement reçoit aujourd’hui les syndicats de STMicroelectronics

Le gouvernement reçoit aujourd’hui les syndicats de STMicroelectronics

Suite à une pétition des organisations syndicales de STMicroelectronics qui a récolté plus de 4000 signatures, le directeur du cabinet d’Emmanuel Macron doit recevoir une délégation des organisations syndicales de STMicroelectronics (CFDT, CFE/CGC, CGT, UNSA), ce lundi 7 septembre au ministère de l’économie. Les syndicats en attendent une clarification des positions de l’Etat actionnaire face à la stratégie menée par la direction de ST, concernant en particulier l’épineux dossier de sa division déficitaire DPG (Digital Product Group).

DPG-070915Rappelons qu’à la mi-mai, à l’occasion d’une journée consacrée aux investisseurs financiers, STMicroelectronics a affirmé qu’il explorait plusieurs options pour sa division déficitaire DPG (Digital Product Group), qui rassemble les circuits pour boîtiers-décodeurs numériques, les Asic, les imageurs CMOS et les capteurs de proximité, soulignant que la poursuite de l’activité telle qu’elle est aujourd’hui n’était plus une option. Cette division a réalisé un chiffre d’affaires de 207 M$ au deuxième trimestre 2015, contre 207 M$ pour le trimestre 2015 et 260 M$ au deuxième trimestre 2014 (1086 M$ pour l’ensemble de 2014, soit 15% des ventes totales du groupe l’an passé).

Pour la CFDT, l’annonce d’un plan social se confirme pour la fin de l’année : « la restructuration de DPG n’en finit plus ! Après le plan de départs volontaires de 150 salariés qui s’est achevé en juin 2015. C’est un plan de licenciement pur et simple qui devrait potentiellement impacter jusqu’à 1200 salariés », écrit-elle dans son tract de rentrée 2015.

Selon l’organisation professionnelle, l’Etat français, qui considère que la microélectronique est une industrie stratégique et que ST, dont il est actionnaire, n’est pas une entreprise « comme les autres », va demander des comptes aux dirigeants de STMicroelectronics sur les aides publiques obtenues pour Nano 2017.

ST-070915

Les élus du CEE vent debout contre la direction du groupe

Le 18 juillet dernier, les représentants du Comité d’Entreprise Européen de ST avaient publié une lettre très dure à l’encontre de la direction de STMicroelectronics et de son CEO Carlo Bozotti (voir le document), rappelant qu’entre 2007 et 2011, ST avait perdu 8560 emplois. L’entreprise emploie aujourd’hui au total 43 782 salariés dans le monde dont, pour l’Europe, 10 980 personnes en France, 9790 en Italie, 1688 à Malte, 206 en Allemagne, 145 au Royaume-Uni, 137 en République Tchèque et 210 en Suisse.

« Au cours des 10 ans de présidence de Mr Carlo Bozotti, STMicroelectronics a chuté du 3e au 11e rang mondial des entreprises du semiconducteur, et s’est enfoncée dans une financiarisation à outrance de sa gestion, sans aucun résultat. Le chiffre d’affaires s’est effondré depuis 2005 de près de 20%, et les bénéfices ont disparu depuis plusieurs années malgré un contexte porteur et des marchés en forte croissance. De 1998 à 2004, ST a gagné 3,95 milliards et distribué 312 M$ de dividendes ; de 2005 à 2014, ST a perdu 3,6 milliards de dollars et a distribué 2,6 milliard de dividendes » dénoncent, dans leur lettre, les élus du CEE.

« Les propos tenus le 12 mai, lors de la journée investisseurs, par Mr Carlo Bozotti, ouvrent la voie à l’arrêt sous une forme ou une autre du secteur numérique dans l’entreprise. Auparavant le p-dg avait confirmé sa volonté de stopper le développement technologique en-dessous du 14 nm », s’inquiètent les élus du CEE. Le gouvernement pourra-t-il infléchir la stratégie de ST ? Réponse d’ici quelques mois.

INSCRIPTION NEWSLETTER

DECOUVREZ VIPRESS MESURE

REJOIGNEZ-NOUS

Newsletters par date

février 2024
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829  

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This