Après une progression de 8,2% en 2018, le marché européen de la distribution de semiconducteurs aura finalement cédé 4,4% en 2019, à 8,88 milliards d’euros. Au quatrième trimestre 2019, il a atteint 1,95 milliard d’euros, en chute de 16% sur un an et de 7,8% par rapport au trimestre précédent, selon la DMASS, Distributors’ and Manufacturers’ Association of Semiconductor Specialists. La baisse de la demande affecte la plupart des pays et des secteurs de produits.

« L’ampleur du ralentissement au quatrième trimestre n’est qu’une conséquence de la faiblesse des commandes des trimestres précédents. Nous aurions pu nous attendre à un retour à la croissance dès le premier trimestre 2020, un espoir que l’épidémie de coronavirus en Chine rend désormais irréalisable. L’importance de la Chine pour la chaîne d’approvisionnement mondiale de l’électronique est critique et ses ramifications sont presque inévitables », souligne Georg Steinberger, président de la DMASS.

Par zone géographique, le recul est général, à l’exception de quelques petits pays d’Europe de l’Est. Parmi les principaux pays, seul le marché au Royaume-Uni a baissé de moins de 10% au quatrième trimestre.

Pour l’ensemble de l’année 2019, le recul du marché de la distribution de semiconducteurs atteint 6,9% en Allemagne (à 2,57 milliards d’euros), 7,2% en France (à 591 millions d’euros), 9,3% en Italie (à 747 millions d’euros). Les pays nordiques ont reculé de 2,7%, à 795 millions d’euros et l’Europe de l’Est a augmenté de 1,75%, à 1,54 milliard d’euros. Le Royaume-Uni (sans Irlande) a augmenté de 0,7%, à 612 millions d’euros.

Au quatrième trimestre, le ralentissement a touché plus ou moins tous les groupes de produits, ce qui n’est pas surprenant, car le manque de demande a également touché tous les segments de l’industrie et la distribution est impliquée sur tous ces secteurs avec l’ensemble du portefeuille.

En 2009, la consommation européenne de discrets via la distribution a ainsi diminué de 9,3% à 490 millions d’euros. Le marché des circuits de puissance a cédé 0,4%, à 993 millions d’euros ; celui de l’optoélectronique 5,5%, à 802 millions d’euros. Le marché européen des circuits analogiques via la distribution, a perdu 4,2%, à 2,6 milliards d’euros, celui des mémoires 3,8%, à 803 millions d’euros, celui des composants MOS Micro 7%, à 1,75 milliard d’euros et, enfin, le marché de la logique programmable a reculé de 6,6%, à 577 millions d’euros. Le seul grand groupe de produits à avoir progressé a été la famille « autres circuits logiques (ASSP, ASIC, etc.) » : +9%, à 511 millions d’euros.

Fondée en 1989, la DMASS compte à ce jour 34 membres actifs (dont, pour les distributeurs, Acal BFi Europe, Anglia, Arrow, Avnet EMEA, Codico, Digi-Key, EBV Elektronik, Farnell, Mouser et Rutronik) et représente, suivant les pays, entre 80% et 85% du marché européen de la distribution. L’organisation professionnelle, – rappelons-le-, ne prend en compte que les semiconducteurs hors composants pour PC.