Sur les neufs premiers mois de l’année, le marché français des semiconducteurs affiche un recul en euros de 7,2% par rapport aux neuf premiers mois de 2018, selon les statistiques d’Acsiel Alliance Electronique. Les ventes directes ont baissé de 9,3%, alors que les ventes à la distribution n’ont fléchi que de 3,0%.

En conséquence, la part de marché des ventes à la distribution a représenté 35,3% du marché français sur neuf mois de 2019, contre 33,8% sur la même période de 2018.

Concernant les ventes directes, l’organisation professionnelle note que les deux principaux segments du marché français, -l’automobile et l’industriel-, ont été plutôt moins touchés que l’ensemble du marché. Sur les trois premiers trimestres de 2019, le marché des semiconducteurs pour l’automobile a en effet reculé de 4,0% et celui des diverses applications industrielles de 6,4%.

Le marché mondial du semiconducteur a subi un ralentissement important depuis le quatrième trimestre 2018, qui a touché toutes les familles de produits et toutes les régions. A l’instar du marché européen, le marché français a ainsi été affecté par cette correction mais moins fortement et avec un décalage dans le temps, commente Acsiel. Au cours de cette période, le marché mondial a vu son niveau baisser de 14,4% en dollars par rapport aux neufs premiers mois de 2018, selon les chiffres du WSTS.

Le marché mondial des semiconducteurs a connu notamment de fortes au quatrième trimestre 2018 et au premier trimestre 2019. Au cours de cette période, on a pu observer que le marché français était épargné par ce retournement brutal de la conjoncture, notamment en raison de sa moindre exposition aux fluctuations du marché des mémoires (lequel est entré en récession dès le quatrième trimestre 2018). C’est ce qui explique pour une bonne part que le retournement à la baisse soit apparu sur le marché français avec un décalage d’environ six mois par rapport au reste du monde. Le marché mondial ayant montré des signaux positifs dès septembre 2019, les perspectives du marché français semblent nettement plus favorables pour l’année 2020, soutient l’organisation professionnelle.

Selon Acsiel, le retournement de conjoncture sur le marché français affiche un décalage d’environ six mois par rapport au reste du monde.