Sélectionner une page

L’électronique américaine ne pourrait tolérer une réunification avec Taïwan imposée par la Chine

L’électronique américaine ne pourrait tolérer une réunification avec Taïwan imposée par la Chine

Le président chinois, Xi Jinping, multiplie les déclarations quant à une prochaine « réunification » de la Chine et de Taïwan, tandis que l’armée chinoise intensifie ses manœuvres d’intimidation avec des incursions répétées dans le périmètre maritime de Taïwan. Cette surenchère conduit IC Insights à analyser l’impact sur la production de semiconducteurs de cette réunification par la force – encore aujourd’hui hautement improbable-, qui ne manquerait pas de déclencher un conflit avec les Etats-Unis. Car la Chine et Taïwan réunis détiendraient environ 37% de la capacité de production mondiale de circuits intégrés, soit près de 3 fois celle de l’Amérique du Nord.

Le conflit commercial en cours entre les États-Unis et la Chine s’est intensifié au cours des deux dernières années. Les sanctions commerciales paralysantes, en particulier en ce qui concerne la technologie des circuits intégrés, que les États-Unis ont imposées à Huawei, la plus grande entreprise d’électronique de Chine, et dans une moindre mesure à SMIC, le plus grand fondeur domestique de circuits intégrés indigènes en Chine, ont, de l’avis d’IC ​​Insights, amené la Chine à remettre en question la façon dont elle pourrait être compétitive dans les futures industries des circuits intégrés et de l’électronique. Il est de plus en plus évident que la réponse de la Chine à cette question est centrée sur sa réunification avec Taïwan, souligne le cabinet d’études.

A l’heure actuelle, il n’y a pas de base de capacité et de production de circuits intégrés plus importante que Taïwan. De plus, la Chine a un énorme problème avec son incapacité à produire des circuits intégrés de pointe pour ses futurs besoins en systèmes électroniques – un problème qui, selon elle, peut être résolu par la réunification avec Taiwan par tous les moyens nécessaires.

Alors que l’économie taïwanaise s’effondrerait si la Chine tentait une prise de contrôle militaire de la nation insulaire, l’économie chinoise en souffrirait également énormément. La question est de savoir si la Chine est prête à accepter des difficultés économiques à relativement court terme au profit à long terme d’avoir la plus grande capacité de production de circuits intégrés de pointe au monde sous son contrôle, interroge IC Insights. Rétorquons qu’il impensable que les Etats-Unis laissent faire sans réagir.

Quelle est l’importance de cette petite nation insulaire de 24 millions d’habitants pour l’industrie des circuits intégrés, s’interroge le cabinet d’études américain ?

En décembre 2020, Taïwan détenait la plus grande part de la capacité de production de l’industrie des circuits intégrés de tous les pays ou régions du monde (21,4% contre 20,4% pour la Corée). De plus, si elles sont combinées, la part de la capacité à l’intérieur des frontières de la Chine et de Taïwan représenterait environ 37% de la capacité mondiale, soit environ 3 fois la capacité installée en Amérique du Nord.

Par taille de tranche, Taïwan détient 22% de la capacité mondiale de production de circuits intégrés sur tranches de 300 mm de diamètre, juste derrière la Corée du Sud, qui détient une part de 25%. La part de l’Amérique du Nord ne dépasse pas 11%.

Dirigé par TSMC, Taïwan détient de loin la plus grande part des capacités de production de pointe (c’est-à-dire <10 nm) de tous les pays du monde (63%). La Corée du Sud, représentée par Samsung, détient les 37% restants.

Environ 80% de la capacité totale des circuits intégrés de Taïwan est dédiée à la production en fonderie. De plus, les fondeurs de type pure-player de Taïwan (c’est-à-dire ceux tels TSMC, UMC, Powerchip, Vanguard, qui produisent uniquement pour les clients) devraient représenter près de 80% du marché mondial total de ce marché en 2021.

Les entreprises taïwanaises détiennent près de 90% de la capacité totale des circuits intégrés de Taïwan. Les seules usines de circuits intégrés non taïwanaises situées à Taïwan sont une petite usine de 150 mm appartenant à l’Américain Diodes et deux usines de mémoires Drams avancées sur tranches de 300 mm appartenant à Micron (l’une à Taoyuan avec une capacité de 108 000 tranches par mois et l’autre à Taichung avec un capacité de 100 000 tranches par mois), détaille IC Insights.

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

   JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This