Sélectionner une page

Les Etats-Unis s’engagent dans le blocage du rachat d’Arm par Nvidia

Les Etats-Unis s’engagent dans le blocage du rachat d’Arm par Nvidia

Le rachat d’Arm par Nvidia dans une transaction de 40 milliards de dollars s’éloigne de plus en plus : après la Grande-Bretagne et l’Europe qui ont ouvert des enquêtes sur cette fusion, les Etats-Unis leur emboîte le pas, en allant plus loin. La FTC, Federal Trade Commission, saisit la justice pour bloquer l’opération.

Un accord entre le fournisseur de puces Nvidia et le fournisseur de conception de puces Arm permettrait à l’entreprise combinée d’étouffer les technologies concurrentes de nouvelle génération, explique la FTC pour justifier sa décision. Ce que Nvidia conteste.

« Les puces à semiconducteurs alimentent les ordinateurs et les technologies qui sont essentiels à notre économie et notre société modernes. L’accord proposé donnerait à l’une des plus grandes entreprises de puces le contrôle de la technologie informatique et des conceptions sur lesquelles les entreprises rivales s’appuient pour développer leurs propres puces concurrentes », argumente la FTC.

La plainte de la FTC allègue que la société combinée aurait les moyens et les incitations pour étouffer les technologies innovantes de nouvelle génération, y compris celles utilisées pour gérer les centres de données et les systèmes d’aide à la conduite dans l’automobile.

« La FTC poursuit en justice pour bloquer la plus grande fusion de puces semiconductrices de l’histoire afin d’empêcher un conglomérat d’étouffer le pipeline d’innovation pour les technologies de prochaine génération », a déclaré Holly Vedova, directrice du Bureau de la concurrence de la FTC.

« Les technologies de demain dépendent de la préservation des marchés de puces concurrentiels et de pointe d’aujourd’hui. Cet accord proposé fausserait les incitations d’Arm sur les marchés des puces et permettrait à l’entreprise combinée de saper injustement les concurrents de Nvidia. Le procès de la FTC devrait envoyer un signal fort que nous agirons de manière agressive pour protéger nos marchés d’infrastructures critiques contre les fusions verticales illégales qui ont des effets de grande envergure et dommageables sur les innovations futures », martèle la FTC dans un communiqué.

Le procès intenté par la FTC doit débuter le 9 août 2022. Tout au long de l’enquête, le personnel de la FTC a coopéré étroitement avec le personnel des agences de concurrence de l’Union européenne, du Royaume-Uni, du Japon et de la Corée du Sud.

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

   JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This