Sélectionner une page

Les prévisions de Keysight pour 2024 – Épisode 3 : les communications sans fil

Les prévisions de Keysight pour 2024 – Épisode 3 : les communications sans fil

Couvrant de nombreux secteurs applicatifs de l’électronique, Keysight Technologies identifie les grandes tendances pour 2024 dans les domaines de l’automobile, des semiconducteurs et des communications sans fil. Dans cet épisode 3, le dernier, nous vous proposons de partager sa réflexion sur les communications sans fil.

Exerçant une activité transversale touchant de multiples secteurs applicatifs de l’électronique, les grands acteurs du test et de la mesure électroniques sont aux premières loges pour identifier les grandes tendances à venir dans de nombreux domaines. D’où l’idée de Keysight Technologies de solliciter ses différents experts pour dresser un panorama de ce qui nous attend pour 2024.

Depuis mercredi et jusqu’à aujourd’hui, nous vous proposons de partager le fruit de leur réflexion en plusieurs épisodes couvrant chacun un domaine applicatif différent. Aujourd’hui, l’épisode 3, le dernier donc, est consacré aux communications sans fil. Voici les grandes tendances que Keysight a identifiées dans ce domaine.

© Keysight Technologies

La 5G : un “travail en cours”

En cette fin d’année 2023, il existe moins de 50 réseaux 5G commerciaux autonomes dans le monde. Au cours des prochaines années, le rythme de transition des réseaux non autonomes vers les réseaux autonomes s’accélérera. Ces architectures soutiennent un réseau 5G entièrement programmable, qui à son tour permet aux opérateurs de créer des services au-delà du haut débit mobile amélioré. L’expansion des réseaux autonomes devrait s’accélérer, tout comme l’utilisation du network slicing (technologie qui consiste à découper virtuellement un réseau pour mieux répondre aux différents besoins des utilisateurs) et la résolution des anomalies et des problèmes de performance. En outre, l’écosystème 5G se développera afin de soutenir les capacités d’un plus grand nombre de secteurs, autres que le gaming et les réseaux sociaux. Cela permettra de jeter les bases de la 6G, qui sera appliquée à un large éventail de cas d’usages.

Les jeux mobiles propulsent la FR2 sur le devant de la scène

L’industrie du sans-fil étudie l’acquisition de nouvelles fréquences entre 7 et 24 GHz. Cependant, la FR2 (ondes millimétriques dans la bande 24-52 GHz) est déjà disponible et de nombreux cas lui ont été attribués, mais c’est encore trop cher pour soutenir les cas d’usage actuels. La FR2 exigera de nouvelles applications mobiles de jeux et de réalité virtuelle pour réaliser des économies d’échelle suffisantes pour surmonter cet obstacle. L’intérêt de la génération Z et de la génération Alpha pour les nouvelles applications grand public fonctionnant sur des appareils de réalité virtuelle/réalité augmentée, plutôt que sur des smartphones traditionnels, fera exploser la demande de bande passante et de capacités supérieures avec un modèle d’utilisation à faible enjeu. Les réseaux actuels ne seront pas en mesure de répondre à cette demande et les opérateurs se tourneront vers la FR2 pour la satisfaire. Une fois cette étape franchie, la pression à la baisse sur les coûts aidera les applications en dehors du domaine du divertissement et de la publicité à utiliser la FR2.

Les systèmes radio mobiles sub-terahertz ne verront pas le jour de sitôt

Les systèmes radio mobiles sub-terahertz (sub-THz) ne seront pas disponibles avant une dizaine d’années. Ils ne sont pas viables du point de vue de la mobilité en raison du manque de maturité de la technologie mobile et des coûts associés, sans parler du problème de la consommation d’énergie et de la gestion des données. Les difficultés rencontrées par l’industrie avec la FR2 montrent que les systèmes radio mobiles sub-THz ne pourront pas être viables dans un avenir proche.

La 6G ne va pas bouleverser le cœur du réseau

La 6G n’entraînera pas de refonte majeure du réseau central. Il évoluera, mais il n’y aura pas de refonte importante, comme ce fut le cas pour les fonctions de réseau lors de la transition de la 4G à la 5G. La majorité des acteurs du secteur des communications sans fil admettent aujourd’hui que cela constituerait une erreur.

Superposition de fréquences : un défi de taille pour l’industrie du sans-fil

Au cours des cinq prochaines années, l’industrie mondiale du sans-fil devra prendre en charge et gérer les réseaux 2G, 4G, 5G et 6G. Cela représente des défis techniques et commerciaux considérables. Étant donné que plus d’un cinquième de la population mondiale dépend encore de la 2G, les régions en voie de développement telles que l’Afrique et la majeure partie de l’Asie ne verront pas disparaître beaucoup de réseaux anciens avant la fin de la décennie. Toutefois, l’Inde fait fi de cette tendance et a déployé une couverture nationale avec des réseaux autonomes 5G, ce qui en fait le pays majeur le mieux placé pour mettre fin à la 2G. La seule contrainte qui pourrait ralentir ce changement est le coût abordable des nouveaux appareils.

Inde : de retardataire à leader de la 6G

L’Inde est devenue une nation de gros consommateurs de données et est le leader mondial de la consommation mensuelle de données par appareil. Cela entraîne une demande accrue de bande passante et de capacité. Après avoir tardé à adopter la 4G, mais accéléré la 5G au cours des 12 derniers mois, le pays a mis l’accent sur les objectifs nationaux en matière de 6G et cherche à contribuer, à façonner et à piloter son déploiement. L’Inde a lancé de multiples initiatives de recherche sur la 6G en 2023. Elle jouera un rôle de premier plan dans l’établissement des normes de la 6G et veillera à ce qu’elle soit adaptée aux besoins des pays à forte population rurale.

Partage du spectre de fréquences : embouteillage à l’horizon

La 6G s’appuiera sur de nombreuses bandes et outils différents pour répondre à la demande et aux attentes croissantes en matière de communications mobiles. L’aspect technique le plus délicat demeure le partage du spectre. Par exemple, dans la 6G, la bande moyenne supérieure (7-24 GHz) est déjà utilisée par les civils et les gouvernements pour la météorologie, la radioastronomie et la radionavigation maritime. Une fois l’accès sans fil ajouté, il faudra apprendre à être de bons usagers des fréquences. En 2024, de nombreuses recherches seront menées dans ce domaine afin de trouver une marche à suivre.

Harmonisation du spectre à l’échelle mondiale en vue de la 6G

La World Radio Conference doit déterminer les bandes de fréquences disponibles que la 6G utilisera, et mettre en place un plan visant à faire de l’harmonisation mondiale du spectre une réalité. Cela permettra aux opérateurs de réaliser des économies d’échelle pour les composants et de limiter le nombre de bandes à prendre en charge.

INSCRIPTION NEWSLETTER

DECOUVREZ VIPRESS MESURE

REJOIGNEZ-NOUS

Newsletters par date

février 2024
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829  

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This