Le conseil d’administration de Safran s’est réuni hier 26 mars 2020 pour examiner le plan d’action préparé par la direction générale en réponse à l’impact de la pandémie du Covid-19. Le groupe indique que les usines chinoises sont déjà totalement opérationnelles et que les sites européens redémarrent progressivement.

« En cette période critique, notre attention se concentre sur la protection de nos collaborateurs et le suivi de nos clients et fournisseurs. Tout en préservant la trésorerie à très court terme, nous nous préparons à rétablir et à renforcer nos opérations pour être prêt dès que la situation sera restaurée. Comme nous l’avons démontré dans les crises précédentes, notre agilité et notre résilience permettront à Safran de surmonter ces défis et de consolider sa position dans le futur, j’en suis convaincu », souligne Philippe Petitcolin, directeur général de Safran.

Le groupe coordonne les efforts de l’ensemble de ses filiales et de ses sites dans tous les pays où il est présent afin de s’assurer des priorités pour faire face à la crise : la protection des salariés par une organisation du travail adaptée ; les réponses aux demandes des clients notamment en termes de calendrier de livraisons ; la résilience et la flexibilité de la chaîne d’approvisionnement ; la gestion de la trésorerie et de la liquidité du groupe.

Pause dans les investissements, nouveaux objectifs pour la R&D

Les usines chinoises sont déjà totalement opérationnelles et les sites européens redémarrent progressivement, annonce Safran. Les actions mises en place depuis le mois de décembre 2019 en réponse à la décision de Boeing d’arrêter la chaîne d’assemblage du Boeing 737MAX sont amplifiées. D’importantes mesures sont actuellement mises en oeuvre comme une pause dans les investissements, la définition de nouveaux objectifs pour la R&D et la baisse des coûts directs et indirects. Safran utilisera également les dispositifs mis en place par les pouvoirs publics notamment le recours à l’activité à temps partiel.

Compte tenu du caractère inédit de la situation, de l’impact à venir encore incertain pour ses clients des mesures mondiales adoptées pour endiguer la pandémie, Safran retire les objectifs pour 2020 annoncés précédemment. Le conseil d’administration de Safran a également décidé de ne pas proposer lors de son Assemblée générale annuelle le paiement en 2020 du dividende au titre de l’exercice 2019. Le projet précédemment annoncé d’un dividende de 2,38 € par action traduisait les très bonnes performances de Safran en 2019 et les objectifs 2020 qui prévalaient en février dernier lors de la réunion du conseil. Compte tenu du nombre d’actions en circulation, le versement du dividende aurait représenté un décaissement de l’ordre de 1 milliard d’euros en juin 2020.

Dans un souci de responsabilité vis-à-vis de l’ensemble des parties prenantes de Safran, cette décision préserve les ressources du groupe pour assurer la protection de ses collaborateurs, maintenir la continuité des opérations notamment pour ses fournisseurs, accompagner ses clients et assurer la liquidité dans un contexte incertain.

Safran annonce également la mise en place en cours d’une nouvelle ligne de crédit de 3 milliards d’euros d’une durée pouvant aller jusqu’à deux ans qui vient s’ajouter à sa ligne de crédit actuelle de 2,52 milliards d’euros non tirée à ce jour et arrivant à échéance en décembre 2022. Sur la base de ces éléments et en tenant compte de l’annulation du dividende 2019, le groupe dispose de liquidités suffisantes pour financer la poursuite de son activité.