Capgemini dévoile les résultats d’un rapport réalisé par le Digital Transformation Institute qui révèle que le secteur automobile peut espérer un gain de productivité de 160 milliards de dollars par an à l’horizon 2023 grâce aux investissements réalisés dans des usines intelligentes. En matière d’initiatives 4.0, le secteur automobile est en effet le plus ambitieux du secteur industriel.

Une usine intelligente exploite les technologies digitales tout au long du processus de production, notamment l’Intelligence artificielle, l’Internet des objets, la réalité augmentée et des outils qui permettent aux sites de fabrication de gagner en productivité, en qualité et en flexibilité.

Chacun des dix principaux constructeurs automobiles mondiaux pourrait voir son chiffre d’affaires croître de 4,6 milliards de dollars ou ses bénéfices d’exploitation augmenter au rythme de 50% par an au cours des cinq années suivant l’adoption d’usines intégralement intelligentes, assure l’étude. Le rapport estime à 7% la hausse de la productivité moyenne des usines intelligentes dans le secteur automobile à partir de 2023, un fabricant automobile atteignant son seuil de rentabilité en moins d’un an.

Les constructeurs automobiles estiment que 24% de leurs sites deviendront des usines 4.0 d’ici 2022. Près de la moitié des entreprises du secteur automobile (46%) ont déjà initié la digitalisation de leurs installations, plaçant ainsi le secteur en troisième position, juste derrière la production industrielle (67%) et l’aéronautique (63%). Les 43% des entreprises automobiles restantes travaillent actuellement à l’élaboration de leurs initiatives 4.0. Selon le rapport, c’est le secteur automobile qui compte la majeure partie (49%) des organisations dont l’investissement dans les usines intelligentes dépasse 250 millions de dollars.

Cependant, 42% des constructeurs automobiles reconnaissent ne pas encore être capables d’exploiter pleinement le potentiel des usines intelligentes et peinent à appréhender les évolutions technologiques requises. Il s’agit du taux le plus élevé parmi tous les secteurs industriels étudiés. Le rapport indique par ailleurs que les entreprises qui progressent le plus investissent trois fois le plus que les autres, notamment dans des solutions d’analyses de données et d’intelligence artificielle, tandis que les entreprises qui peinent à s’adapter se concentrent sur des équipements matériels.

Les sous-traitants peinent à mettre en place des initiatives 4.0

Alors qu’une large proportion (46%) des équipementiers ont réussi à mettre en place des initiatives 4.0, seulement moins d’un tiers des sous-traitants du secteur automobile (32%) déclarent y être parvenus. Le rapport souligne que les équipementiers ouvrent la voie, mais qu’ils pourraient favoriser davantage l’adoption des usines intelligentes par les fournisseurs, par exemple, en apportant leur soutien financier et en collaborant étroitement avec start-up et structures de formation sur les questions d’innovation. Si équipementiers et fournisseurs œuvrent de concert à la création de processus d’usines intelligentes, les difficultés peuvent être réduites dès la phase amont du processus de production assure le rapport. 

« La maturité digitale est la clé pour réaliser le plein potentiel des initiatives 4.0. Cette étude démontre clairement que les acteurs du secteur automobile ont compris l’importance de l’investissement dans des usines intelligentes ainsi que leurs avantages à long terme. Les fournisseurs doivent cependant mieux collaborer avec les équipementiers de façon à optimiser leurs initiatives 4.0. » explique Nick Gill, Chair of Automotive Council chez Capgemini. « Les prochaines années seront cruciales pour les constructeurs, car ils devront accélérer leur transformation digitale et peaufiner leurs approches pour en maximiser les bénéfices ».

Grégoire Ferré, Chief Digital Officer chez Faurecia, client de Capgemini déclare : « Suite à l’adoption des usines intelligentes dans notre activité, nous constatons les retombées positives sur la productivité de nos équipes. Nos collaborateurs utilisent des outils sophistiqués tels que les robots intelligents pour créer un environnement plus sûr, et dans le même temps, libérer davantage de temps pour se consacrer à d’autres tâches importantes ».

Cette étude a été réalisée entre février 2017 et janvier 2018 auprès de 326 cadres supérieurs du secteur de l’automobile (dirigeants et fonctions diverses) qui travaillent sur les initiatives 4.0 de leurs organisations. L’enquête a été menée dans 8 pays : la Chine, la France, l’Allemagne, l’Inde, l’Italie, la Suède, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Le panel est réparti de façon égale entre des constructeurs et des fournisseurs dont le chiffre d’affaires annuel est égal ou supérieur à 1 milliard de dollars.

Capgemini est un leader mondial du conseil, des services informatiques et de la transformation numérique. Le groupe compte 200 000 collaborateurs présents dans plus de 40 pays. Il a réalisé un chiffre d’affaires de 12,8 milliards d’euros en 2017.

Téléchargez une copie du rapport