Sélectionner une page

L’ESIA appelle au lancement rapide du deuxième plan européen sur la microélectronique

L’ESIA appelle au lancement rapide du deuxième plan européen sur la microélectronique

Pour l’ESIA, l’association européenne de l’industrie des semiconducteurs, la pré-notification et le lancement du projet important d’intérêt européen commun (PIIEC) sur les technologies de la microélectronique et des communications devient une question urgente pour préserver la compétitivité de l’Europe, alors que les autres grandes régions du monde accélèrent leurs programmes de soutien à leurs industries domestiques.

Au cours des 18 derniers mois, une forte augmentation de la demande a perturbé l’équilibre délicat de la chaîne d’approvisionnement de l’industrie européenne des semiconducteurs, souligne l’organisation professionnelle. Alors que l’ESIA salue l’ambition politique de la Commission européenne et des États membres de soutenir l’industrie européenne des semiconducteurs, elle regrette que la pré-notification du PIIEC sur les technologies de la microélectronique et des communications n’ait pas encore été publiée.

« L’industrie est prête à faire tout ce qui est nécessaire, avec les États membres et la Commission européenne, pour mener à bien ce processus rapidement. Pendant ce temps, plusieurs gouvernements des principales régions productrices de puces à travers le monde mettent en œuvre des programmes d’incitation importants pour modifier l’offre en leur faveur. Par exemple, aux États-Unis, des projets de loi sont actuellement en discussion pour mobiliser 52 milliards de dollars pour « restaurer la fabrication de semiconducteurs sur le sol américain ». S’inspirant des initiatives américaines, le gouvernement de la Corée du Sud fournit également 65 milliards de dollars de fonds publics pour sauvegarder sa position au sein de l’écosystème des semiconducteurs. Le Japon a lancé une stratégie de soutien aux technologies de fabrication avancées, à l’accélération des investissements et au développement de la conception et du développement de semiconducteurs logiques dans le pays. La République populaire de Chine injecte jusqu’à 160 milliards de dollars pour réaliser ses ambitions de produire localement 70% de ses besoins en semiconducteurs d’ici 2025. L’Europe ne peut pas retarder ses instruments les plus prometteurs pour « inverser la tendance » pour l’industrie européenne des semiconducteurs ; même des investissements considérables dans des secteurs stratégiques peuvent être perdants face à une concurrence internationale plus rapide », insiste l’ESIA.

Par conséquent, l’ESIA exhorte la Commission européenne et les États membres de l’UE à procéder rapidement à la pré-notification du PIIEC, afin que son industrie puisse accélérer les projets de recherche et développement et d’innovation et le premier déploiement industriel associé sans plus tarder.

Selon VLSI Research, la Corée, Taïwan et la Chine ont représenté 61% de la production mondiale de semiconducteurs en 2020, dont 36% pour la Chine continentale et Taïwan. L’an passé, la part combinée des Etats-Unis, de l’Europe et du Japon n’a pas dépassé 36%.

Selon l’ESIA, l’écosystème européen des semiconducteurs prend en charge environ 200 000 emplois directs et jusqu’à 1 000 000 emplois induits dans les systèmes, applications et services en Europe. Globalement, la micro et la nanoélectronique permettent de générer au moins 10% du PIB en Europe et dans le monde.

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

   JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This