Malgré les efforts des industriels qui maintiennent la production de câbles à fibre optique pour soutenir les opérateurs de réseaux de télécommunications, l’indicateur industriel de déploiement du Très Haut Débit (THD) du Sycabel continue à se dégrader au second trimestre 2020, sur les niveaux de livraisons déjà faibles des trimestres précédents.

Le Sycabel regroupe en France la quasi-totalité des fabricants de fibres optiques, de câbles et de matériels passifs des réseaux de communication. Cette filière française est mise en difficulté par des niveaux de commandes extrêmement bas depuis 3 trimestres, alors que des investissements massifs ont été engagés pour accompagner le déploiement du Très Haut Débit dans l’hexagone.

Le maintien en état de l’outil de production des câbles à fibre optique a permis aux réseaux de télécommunication de faire face à l’énorme trafic de données auquel ils étaient soumis pendant la crise sanitaire, tout en atténuant fortement ses effets sur les activités industrielles. Selon le Sycabel, la poursuite du ralentissement des livraisons n’est donc pas liée à la Covid-19.

« A l’heure où l’on parle de relocalisation des filières stratégiques dont fait partie la filière des infrastructures numériques, les industriels du Sycabel sont déjà implantés sur le territoire national et européen et ont montré qu’ils savent supporter intégralement les besoins du Plan France THD. Il n’est par conséquent nul besoin de faire appel aux câbliers asiatiques. Le Sycabel plaide plus que jamais pour la mise en place urgente d’une politique de préférence européenne en faveur d’une industrie de souveraineté locale », demande l’organisation professionnelle.

Les données de l’indicateur industriel trimestriel de la profession confirment l’inquiétude de la filière.