Grand froid aux Etats-Unis, tremblement de terre au Japon. Ces derniers jours les éléments se déchaînent pour stopper (temporairement) la production dans certaines usines de semiconducteurs. Le moment est mal choisi. Alors que l’industrie électronique se débat dans un nouveau cycle de pénurie, certaines productions se retrouvent perturbées par ces facteurs externes.

Le 13 février, un tremblement de terre au Japon a contraint à un arrêt temporaire l’usine de Renesas à Naka (Ibaraki Prefecture). Mais le 15 février, le fabricant de microcontrôleurs japonais a redémarré l’approvisionnement en tranches de silicium puis le lendemain les opérations de fabrication de front-end dans la salle blanche. Renesas indique avoir repris la production des procédés de fabrication de front-end étape par étape et prévoit de retrouver la pleine capacité de production d’avant-séisme de l’usine de Naka une semaine environ après le séisme. Au 15 février, Renesas déclarait n’avoir à ce jour reçu aucun rapport sur des dommages causés à sa chaîne d’approvisionnement globale, y compris de la part de ses fournisseurs et des entreprises partenaires, suite à ce tremblement de terre.

NXP

Au Texas, c’est la vague de grand froid qui a contraint les fournisseurs d’énergie locaux à demander aux industriels de s’organiser avant de couper leur approvisionnement. Les fournisseurs d’énergie de la région d’Austin accordent la priorité au service dans les zones résidentielles et pour les services essentiels de santé, de sécurité et à la personne, rapporte NXP dans un communiqué. En conséquence, les fournisseurs d’électricité et de gaz naturel ont temporairement suspendu le service aux fabricants de semiconducteurs d’Austin, y compris NXP, obligeant l’entreprise à suspendre la fabrication dans ses deux installations d’Austin. Les clients concernés ont été informés directement par NXP du potentiel de rupture d’approvisionnement, souligne le groupe néerlandais.

« Nous surveillons attentivement la situation et reprendrons les opérations dans nos installations d’Austin dès que possible. Nous nous efforçons de maintenir nos usines d’Austin dans un état sûr afin de permettre un approvisionnement fiable et de haute qualité une fois les opérations redémarrées. Une fois les services nécessaires rétablis, notre équipe d’exploitation sera en mesure d’évaluer l’impact de l’arrêt et le moment où la production reprendra. En attendant, nous nous concentrons sur la santé et la sécurité de nos employés et de la communauté d’Austin », a déclaré David Reed, vice-président exécutif, Opérations chez NXP. Le fabricant souligne également que toutes ses autres installations de fabrication en dehors du Texas restent pleinement opérationnelles.

Samsung et Infineon ont également des usines de semiconducteurs à Austin et sont logés à la même enseigne.