SafeCity, projet de recherche et développement collaboratif sur 3 ans dont le chef de file est Thales, a obtenu cet été un financement de 10,9 millions d’euros sous forme de subventions et d’avances récupérables via un appel du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) opéré par Bpifrance.

Face à l’accroissement des risques, la filière des industries de la sécurité a identifié le besoin de développement de produits et services innovants destinés à assurer la sécurité des villes intelligentes. L’un des points clé de cette démarche est de faciliter le partage d’informations opérationnelles de l’ensemble des acteurs de la sécurité en développant leur collaboration opérationnelle via une plateforme collaborative. Pour permettre de mieux évaluer chaque situation et pour pouvoir anticiper les incidents et les crises, il est également nécessaire de collecter le maximum de données existantes d’effectuer des corrélations et de rechercher des signaux faibles, tout en garantissant la sécurité de ces données.

Le projet SafeCity, d’une durée de 3 ans, labélisé par le Comité de la filière des industries de sécurité (CoFIS), propose un système complet de sécurité incluant un système collaboratif de gestion des données et des volets liés à l’exploitation de la vidéo protection pour la sécurité routière, la sécurité des écoles, la patrouille connectée, ou encore les postes de commandement et les moyens de communications. Pour chacun de ces sous-systèmes, les partenaires ont l’ambition d’introduire des innovations significatives.

Ce système sera déployé sur deux sites pilotes : la ville de Nice et le quartier d’affaires de la Défense. Une démonstration sera réalisée chaque année sur chacun des deux sites.

Les partenaires du projet sont Thales (chef de file), Arclan Systems, Business Card Associates, Deveryware, Egidium, Gemalto, Geol Semantics, Igo, Inria, Luceor, Onhys, Idemia, Sis, Sysnav et Yncrea.

Les marchés visés sont ceux de la sécurité des villes et des zones d’intérêt commun, de la sécurité des écoles (biométrie wearable, analyse comportementale par vidéo), des patrouilles de police, des systèmes de commandement et de contrôle, des systèmes vidéo de sécurité routière et des systèmes de simulation de déplacement de foule.

Les partenaires estiment pouvoir créer une quarantaine d’emplois pendant le projet puis, en fonction du volume d’affaires qui sera généré, environ 80 emplois directs postérieurement à la réalisation du projet.

Le CoFIS (comité de la filière des industries de sécurité) a été créé avec l’objectif de mettre en réseau les compétences publiques et privées, afin de répondre aux objectifs de la filière tout en responsabilisant l’ensemble des parties prenantes.