Sélectionner une page

STMicroelectronics projetterait de construire deux fabs 300 mm en Europe

STMicroelectronics projetterait de construire deux fabs 300 mm en Europe

Selon l’Usine Nouvelle, STMicroelectronics a en projet la construction de deux unités de production sur tranches de 300 mm de diamètre, l’une près de Grenoble, l’autre près d’Agrate en Italie. Aucune décision n’a toutefois été prise pour cet investissement de 3 milliards de dollars.

C’est Nicolas Dufourcq, président du conseil de surveillance du groupe franco-italien, qui a dévoilé cette intention à l’Usine Nouvelle. Ces deux projets pourraient voir le jour d’ici à 2021. Cet investissement serait motivé par le niveau actuel de saturation des usines de ST. Mais on ne projette pas un investissement sur la seule conjoncture. Ces  projets pourraient plutôt s’inscrire dans le cadre des discussions actuellement en cours entre la filière et les pouvoirs publics pour le prolongement du plan Nano 2017 qui s’achèvera à la fin de l’année et qui a mobilisé 1,2 milliard d’euros au cours des cinq dernières années.

La semaine dernière, Paul Boudre, directeur général de Soitec, confiait au quotidien Les Echos l’impatience de la filière microélectronique sur ce dossier. Lors d’un entretien à Ouest-France et aux douze quotidiens allemands du groupe Funke, le président de la République avait annoncé à la veille du 14 juillet que la France et l’Allemagne allaient lancer un programme conjoint sur les nanotechnologies. Mais, depuis, rien de concret n’a été annoncé. La nanoélectronique fait bien partie du grand plan d’investissement du gouvernement dévoilé en septembre, mais sans plus de détails.

Ce programme à venir sur les nanotechnologies s’inscrit vraisemblablement dans le cadre du programme européen de type IPCEI (Important Projects of Common European Interest) en train de se constituer. Trois domaines ont été définis par la Commission européenne pour ces projets IPCEI qui autorisent des aides allant au-delà de la R&D : la microélectronique, le calcul intensif et l’automobile. Le projet de microélectronique s’entend au sens large : des industries consommatrices de puces, aux fabricants de semiconducteurs, jusqu’aux matériaux. Au printemps, l’Allemagne avait pris les devants en annonçant un programme global sur quatre ans de 1,8 milliard d’euros : 800 M€ pour la R&D (dont 400 M€ pour la microélectronique au sens strict, voir notre article) et 1 milliard pour l’industrie.

Le 5 juillet, dix industriels, parmi lesquels STMicroelectronics, Soitec, X-Fab, Renault, Thales et Valeo, avaient adressé au président de la République une lettre pour formuler leur demande et détailler leurs engagements dans le cadre de ce projet IPCEI. Ces sorties dans la presse montrent sans doute que les ajustements entre les propositions des industriels d’un côté et celles des pouvoirs publics de l’autre sont proches de leur conclusion. A suivre.

STMicroelectronics dispose actuellement de six sites de production de semiconducteurs (front –end) : Crolle, Tours, Rousset, Agrate, Catane et Singapour.

INSCRIPTION NEWSLETTER

DECOUVREZ VIPRESS MESURE

REJOIGNEZ-NOUS

Newsletters par date

décembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This