Technicolor annonce la réalisation avec succès des dernières étapes prévues au titre du plan de sauvegarde financière accélérée de la société arrêté par le Tribunal de Commerce de Paris le 28 juillet 2020.

« Avec la clôture de cette dernière opération, nous avons finalisé notre restructuration financière. Nous disposons désormais d’une structure capitalistique appropriée et adaptée aux besoins de notre activité, et nous entrons dans une nouvelle ère de notre histoire. Technicolor bénéficie d’une solide position de marché et de solides compétences, notamment en termes d’actifs et de personnel hautement qualifiés. Notre société joue un rôle fondamental sur les marchés sur lesquels nous opérons, et fournit des produits et services différenciés à nos clients, qui nous ont grandement soutenus tout au long de ce processus. Nous avons la bonne orientation en terme d’activités, la bonne conception opérationnelle et, avec la reprise progressive de nos marchés clés, en particulier dans les Services de Production, Technicolor est sur le point de renouer avec une croissance rentable, de générer de la trésorerie et de créer de la valeur pour les actionnaires », promet Richard Moat, directeur général de Technicolor.

L’apurement significatif de l’endettement du groupe, à hauteur d’un montant d’environ 660 millions d’euros, a ainsi été finalisé dans le cadre de la réalisation définitive d’une augmentation de capital, ainsi que l’apport au groupe d’un montant équivalent à environ 420 millions d’euros.

Par ailleurs, Technicolor annonce que le 11 septembre 2020, le Tribunal américain compétent en matière de faillite, présidant la procédure dite de « Chapter 15 » de Technicolor a rendu une ordonnance de clôture de cette procédure. Ceci marque l’étape finale de la procédure engagée par la société aux États-Unis d’Amérique.

Au 1er semestre, le chiffre d’affaires du groupe avait reculé de 19% à taux courant à 1433 millions d’euros, l’impact de la Covid-19 sur les Services de Production et les Services DVD étant partiellement compensé par la surperformance du Haut Débit, notamment en Amérique du Nord (+ 15% par rapport au premier semestre 2019).