Bingo ! Thales Alenia Space a signé un accord avec l’opérateur canadien de satellites Telesat pour assurer la maîtrise d’œuvre de Lightspeed, son réseau de plusieurs milliards de dollars, basé sur une flotte initiale de 298 satellites en orbite basse (LEO).

Dans un premier temps, le segment spatial de Lightspeed comprendra 298 satellites de la classe 700-750 kg. Le réseau offrira une connectivité de plusieurs térabits par seconde dans le monde entier pour des services professionnels sécurisés à faible latence et haut débit. Les premiers satellites devraient être prêts à être lancés dans deux ans.

Avec ce contrat historique, Thales Alenia Space confirme son statut de référence industrielle mondiale dans le domaine des constellations de satellites de télécommunications offrant des services pour la connectivité mobile (maritime, aérienne), les liaisons 4G et 5G, les réseaux gouvernementaux et les communications professionnelles.

Après d’intenses travaux menés en amont sur la conception de Lightspeed, cette sélection représente une étape majeure dans la mise en œuvre du projet. Elle conduira Telesat et Thales Alenia Space à accélérer les activités de développement en parallèle de la finalisation par Telesat du financement du projet. Telesat s’appuiera sur Thales Alenia Space pour fournir non seulement les segments spatial et de mission, mais également pour être responsable des performances du réseau de bout en bout.

Cette constellation en orbite basse repose sur une architecture innovante et des technologies de nouvelle génération, fournissant un très haut niveau de performance et de flexibilité dans l’allocation des capacités. Elle combine des équipements avancés à bord des satellites – antennes actives capables de repositionner dynamiquement les faisceaux jusqu’à un millier de fois par seconde, puissants processeurs capables de traiter de multiples largeurs de bande, liaisons laser inter satellites pour assurer une couverture de service sur l’ensemble du globe – et une combinaison de logiciels à la fois sol et bord assurant une exploitation maximale des ressources du système. La flexibilité de cette architecture est un facteur essentiel de sa compétitivité, en permettant l’optimisation de la capacité allouable vis-à-vis de la demande, cette dernière pouvant varier sensiblement dans le temps et l’espace, notamment entre les zones de forte densité comme les aéroports et les zones moins denses comme les campagnes. Les interconnexions par liaison optique laser entre les satellites de la constellation fourniront un maillage recouvrant l’intégralité de la surface du globe, y compris au-dessus des océans et des pôles, tout en offrant un haut niveau de sécurité de service de bout en bout. Ces liaisons optimisent également le segment sol en réduisant le nombre de stations sol et en offrant plus de liberté quant à leur implantation, ainsi que la possibilité de les déployer au gré de la montée en puissance du réseau.

« Maintenant que nos travaux de conception et d’ingénierie sont terminés, nous avons hâte de passer à la phase suivante avec Thales Alenia Space comme maître d’œuvre pour bâtir Lightspeed, le réseau LEO le plus performant et moderne au monde. Thales Alenia Space possède un palmarès impressionnant en matière de constellations satellitaires. Nous nous réjouissons à la perspective de collaborer étroitement ensemble pour transformer et redéfinir le mode de communication par satellite avec le réseau Lightspeed », a déclaré Dan Goldberg, p-dg de Telesat.

Avec GlobalStar 2, O3b et Iridium NEXT, Thales Alenia Space a développé toutes les constellations de satellites de télécommunications en orbite basse et moyenne pleinement opérationnelles aujourd’hui. L’entreprise a su capitaliser sur son expertise en la matière pour adresser de nouveaux marchés, tels que l’observation de la Terre à forte revisite, la surveillance de l’espace depuis l’espace, la détection de débris spatiaux et l’Internet des objets (IoT).

Société commune entre Thales (67%) et Leonardo (33%), Thales Alenia Space a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 2,15 milliards d’euros en 2019 et emploie environ 7700 personnes dans 9 pays.