Avant la démission ce matin d’Edouard Philippe, le gouvernement a réuni hier le premier comité d’orientation pour la recherche automobile et mobilité (CORAM), aux côtés de Luc Chatel, président de la Plateforme automobile et des dirigeants des principaux industriels de la filière automobile (PSA, Renault, Michelin, Valeo, Faurecia, Plastic Omnium et Bosch notamment).

Cette réunion s’inscrit dans le cadre du plan de soutien à l’automobile annoncé par le 25 mai dernier. Elle a été l’occasion de constater les résultats encourageants du plan, qui a permis de multiplier par trois les ventes de voitures électriques par rapport au mois de juin 2019 et de remplacer 100 000 vieilles voitures par des modèles plus propres grâce à la prime à la conversion.

Celui-ci prévoit la mise en place d’un programme stratégique d’investissements pour soutenir l’innovation et la R&D du secteur. Le comité d’orientation a validé la feuille de route technologique de la filière automobile, définissant les axes stratégiques d’investissement. Elle concerne, à court terme le développement des composants stratégiques pour la fabrication des véhicules électriques et hybrides rechargeables (les cellules, modules et packs des batteries, les moteurs et les transmissions électriques ainsi que l’électronique de puissance associée), et, à plus moyen terme, les systèmes à hydrogène pour la mobilité ainsi que le véhicule autonome et connecté. Cette feuille de route donne un cap clair pour la R&D de la filière automobile française : devenir dans les 10 prochaines années une des premières industries productrices de véhicules propres au monde.

L’électronique au cœur des projets sélectionnés

150 M€ sont ainsi mobilisés dès 2020 dans le cadre du 3e Programme d’investissements d’avenir (PIA) pour contribuer à l’effort de relance de la filière. Le comité d’orientation a ainsi sélectionné 27 projets qui pourront être financés par l’Etat, en contrepartie d’engagements et d’investissements des industriels. Les projets les plus avancés démarreront d’ici début septembre, après une phase d’instruction approfondie des projets sélectionnés par l’ADEME et Bpifrance.

Face aux transformations profondes et rapides affectant l’ensemble de la filière automobile, les pouvoirs publics ont depuis trois ans mobilisé plusieurs actions, avec la signature d’un contrat de filière en 2018 ou plus récemment, le lancement d’un plan d’accompagnement des sous-traitants automobiles et le soutien à la construction de nouvelles chaînes de production de véhicules propres.

Dans le cadre de la crise actuelle, ce soutien a été amplifié dans le cadre du plan de soutien à la filière automobile annoncé le 25 mai dernier. Ce plan mobilise plus de huit milliards d’euros d’aides, d’investissements et de prêts sur 3 axes :

– renouveler le parc automobile français en faveur des véhicules propres ;

– investir pour inventer et produire en France les véhicules de demain ;

– soutenir les entreprises en difficulté et protéger leurs salariés.

Ce soutien de l’Etat s’accompagne d’engagements individuels et collectifs des grands donneurs d’ordre de la filière sur les relations avec leurs sous-traitants, sur la transition écologique ou sur la localisation de leurs activités stratégiques en France.

Parmi les 27 projets retenus, citons :

PSA : Projet « EMOTORS » (JV PSA / Nidec Leroy Somer)

La société commune entre PSA et Nidec Leroy Somer conçoit et fabrique des chaînes de traction électriques pour tous les constructeurs automobiles. Le projet vise à développer de nouvelles technologies de machines électriques (extension de la gamme de moteurs à aimants pour couvrir toutes les applications électriques et hybrides, développement d’une gamme sans aimant pour s’affranchir des risques d’approvisionnement en terre rare, internalisation de la conception de l’électronique de puissance et des réducteurs). La R&D de ce projet est localisée à Carrières sous Poissy et la fabrication à Trémery pour une production dès 2023.

Renault : Projet « Electronique de puissance embarquée »

Le projet vise à développer des composants plus compacts, plus efficaces et applicables à l’ensemble des technologies de véhicules électrifiés (hybride et 100% électrique), plus compacts, plus efficaces, et plus abordables. Pour cela, des solutions en rupture s’appuyant notamment sur des matériaux innovants (SiC et GaN) et une approche de standardisation seront développées et mises en œuvre industriellement à partir de 2024 sur des véhicules de la gamme Renault et produits à Cléon et Douai.

PSA/Renault : Projet « bibliothèque de scénarios pour validation de la conduite automatisée et autonome »

La création d’une entité commune regroupant Vedecom, System X, Groupe PSA, Renault et des tiers 1 français accélérera les moyens de validation des véhicules autonomes et automatisés par scénarios au sein de l’écosystème du véhicule automatisé et autonome. Ce projet vise en particulier à mettre sur le marché hexagonal puis européen et international dès 2022, un ensemble de services numériques pour la validation des véhicules autonomes et automatisés et à renforcer la position et souveraineté stratégique française dans ce domaine.

Valeo : Projet « Electromobilité abordable 48V »

Le projet porté par Valeo vise à développer et à produire en France un système complet de traction électrique en 48V (le moteur électrique, son électronique, la chaîne de transmission et la gestion de l’énergie par le chargeur et le convertisseur). Cet ensemble d’innovations s’impose aujourd’hui à l’échelle mondiale comme la solution de massification, car abordable et transverse, de l’électrification de la mobilité (du vélo aux petites voitures électriques en passant par les véhicules et robots de livraison).

Valeo : Projet «Sécurité Active et Mobilités Autonomes (SAMBA) »

Porté par Valeo, en partenariat avec Safran, TwinswHeel, l’INRIA et des sous-traitants français, le projet SAMBA “Sécurité Active et MoBilités Autonomes” vise la conception de systèmes intelligents de sécurité active pour le véhicule autonome et la viabilité technologique et d’usage des nouvelles mobilités partagées.

STMicroelectronics : Projet « G-Mobility »

Les matériaux semiconducteurs à large bande (SiC et GaN) constituent de solides atouts pour l’électrification des véhicules de la filière automobile. L’objectif du projet G-Mobility, porté par STMicroelectronics, vise à développer de nouvelles générations de transistors en technologie GaN moyenne tension (650 V) et haute tension (1200 V) adaptées aux performances et aux exigences des véhicules hybrides et électriques. Des procédés spécifiques d’assemblage et de tests de ces circuits seront également développés. Ce projet structurant pour la filière automobile permettra de réaliser des démonstrateurs en GaN répondant aux besoins des acteurs clés de la filière (ex chargeurs et convertisseurs embarqués).

STMicroelectronics : Projet « GaN4APF»

Le Projet GaN4APF, porté par STMicroelectronics en France, vise à accélérer l’adoption de la technologie GaN par le secteur automobile. S’intégrant dans le cadre d’un projet à l’échelle européenne, il consistera à développer des systèmes de conversion de puissance innovants adaptés aux prochaines générations de véhicules hybrides et électriques. Des solutions intégrant des fonctions complexes de conversion et de gestion de puissance basse tension (100 V notamment) adaptées aux exigences du secteur automobile seront mises en oeuvre. De par son ouverture et son ambition, le projet doit permettre de renforcer la compétitivité des filières automobile et électronique en France et en Europe.

Soitec : Projet Mobi-SiC

Le Projet Mobi-SiC, coordonné par Soitec, a pour objectif de développer et industrialiser des technologies innovantes françaises reposant sur des semi-conducteurs de puissance en carbure de silicium (SiC). D’une durée de trois ans, il permet de construire une chaîne d’approvisionnement européenne complète, fiable et compétitive pour l’électronique de puissance des véhicules électriques, ainsi que de développer un chargeur embarqué bi-directionnel communiquant avec le réseau électrique.  Ce projet s’appuie sur un consortium inter-filières réunissant de grands groupes (Valeo Siemens eAutomotive (VSeA), Mersen, Saint-Gobain, Applied Materials France), une ETI (Soitec), une PME (Novasic) et des instituts de recherche (CEA-Leti, Laboratoire L2EP de Centrale Lille).

EFI Automotive : Projet GREENSHIFT

EFI Automotive est présent sur les produits capteurs et modules mécatroniques embarqués fonctionnant en environnement sévère. GREENSHIFT est une plateforme d’actionneurs compacts, intelligents et connectés pour le marché des transmissions électrifiées. Ce projet fera l’objet de recherches expérimentales sur des solutions de pilotage vectoriel originales, d’intégration de commande et de fonctionnalités d’autodiagnostic avancés.

Liste des 27 projets sélectionnés dans le cadre du premier CORAM

La feuille de route technologique de la filière automobile

Le plan de soutien à l’automobile du 26 mai 2020