Sélectionner une page

2021, une année de croissance extraordinaire pour la connectique

2021, une année de croissance extraordinaire pour la connectique

Ron Bishop, fondateur du cabinet d’études Bishop & Associates, partage les chiffres des ventes de connecteurs et un aperçu des facteurs qui ont conduit à une « année extraordinaire » pour le marché de la connectique.

Bishop & Associates scrute avec attention l’industrie des connecteurs depuis 1985. Dirigé par son fondateur Ron Bishop, le cabinet d’études américain rend compte de l’évolution du marché de la connectique, mais également de l’émergence de nouvelles technologies d’interconnexion, et de l’activité des entreprises spécialistes du secteur. Si l’industrie de la connectique a connu des années d’expansion et de récession au cours des trois dernières décennies, l’année 2021 restera marquée d’une pierre blanche grâce à une croissance très forte, la seconde croissance la plus forte depuis 1985. Ron Bishop en explique ici les raisons.

Ron Bishop, fondateur et président de Bishop & Associates – Crédit photo : Bishop & Associates

Quelle a été l’évolution du marché de la connectique en 2021 ?

En se basant sur des données collectées jusqu’à fin octobre 2021, nous avons déterminé que les prises de commandes ont bondi de 40,8 % sur un an, tandis que les ventes ont progressé de 26,2 %. Ce sont des résultats réellement extraordinaires pour l’industrie de connectique et cela d’autant plus que le marché de la connectique n’avait baissé que de 2,2% en 2020, à 62,7 milliards de dollars, malgré la pandémie. Selon nos prévisions, nous allons connaître en 2021 la deuxième plus forte croissance du marché de la connectique depuis que nous suivons ce secteur. Un autre indicateur témoigne également du caractère exceptionnel de l’année 2021. Il s’agit du book-to-bill (rapport entre les prises de commande et les facturations) dont la valeur atteint 1,14, ce qui n’est tout simplement jamais arrivé auparavant dans l’industrie de la connectique qui est un secteur dont le book-to-bill s’écarte généralement très peu de l’unité.

Autre exemple des excellentes prédispositions du marché de la connectique en 2021, l’évolution du carnet de commandes. En 2019, le carnet de commandes n’était que de 8 milliards de dollars, soit l’équivalent d’un stock de six semaines et demie. En 2021, le carnet de commandes est passé à 19,5 milliards de dollars, ce qui équivaut à un peu plus de 13 semaines de stock. Entre 2019 et 2021, le carnet de commande a ainsi progressé de 140 %, ce qui est tout simplement incroyable.

Quels facteurs ont favorisé cette croissance ?

En 2020, l’économie mondiale boitait, essentiellement avec la fermeture de nombreuses entreprises. Les dépenses ont diminué et l’épargne a augmenté parce que les programmes gouvernementaux garantissaient que les gens continuaient d’être payés. Cela a entraîné une accumulation de liquidités. En 2021, à la « réouverture » de l’économie mondiale, il y avait suffisamment de liquidités pour répondre à la demande refoulée de l’année précédente.

Cette demande va-t-elle se stabiliser ou continuer à progresser ?

En 2021, nous devrions assister à une croissance annuelle d’environ 24 ou 25% du marché de la connectique, par rapport à 2020. Pour 2022, nous tablons encore sur une croissance du marché, mais à un rythme bien moins soutenu. Le ralentissement de la croissance sera le résultat du ralentissement du PIB mondial (le PIB américain ne devrait croître que de 2 % en 2022) et des pénuries de semi-conducteurs et d’autres composants. Nous prévoyons tout de même une croissance du marché des connecteurs dans la fourchette de 7 à 8 % en 2022. C’est certes modeste par rapport à la croissance de 24 à 25 % en 2021, mais il s’agit en fait d’une croissance historiquement bonne pour le secteur de la connectique.

Quelle est la situation au niveau des prix des connecteurs ?

L’industrie a connu d’importantes augmentations de prix des matières premières utilisées pour les connecteurs, que ce soit l’or, le cuivre, le laiton, l’acier et les plastiques. Le coût de ces matériaux a augmenté de 42,5 % jusqu’en octobre. La hausse des coûts des matières premières et la forte demande de connecteurs ont poussé les connecticiens à augmenter leurs prix. Nous nous attendons à ce qu’ils augmentent leurs prix au moins à deux reprises en 2022, une fois par semestre. Nous prévoyons que chaque augmentation de prix semestrielle se situe en moyenne entre 4 % et 6 %. Car il faut bien comprendre que les coûts des matériaux représentent environ 40 % du coût d’un connecteur.

Dans quelle mesure cette augmentation de la demande est-elle répartie sur les marchés ?

En règle générale, dans le secteur de la connectique, la demande par secteur de marché est peu ou prou uniforme avec des variations qui vont dans le même sens, avec des pourcentages de croissance ou de déclin plus ou moins équivalents dans chaque secteur de marché. Mais ce n’est plus le cas quand une pénurie de semi-conducteurs intervient dans le secteur automobile, comme c’est le cas actuellement, car cela entraînera une baisse du nombre de voitures fabriquées. Etant donné que l’industrie automobile est le plus grand marché de la connectique à l’échelle mondiale, il y aura un impact négatif important sur l’industrie des connecteurs.

Crédit photo : Bishop & Associates

Nous avons également connu une demande plus importante que la normale de connecteurs liés aux télécommunications pour le déploiement des infrastructures 5G. Dans la situation particulière dans laquelle on se trouve actuellement, avec son lot événements inhabituels tels que la pénurie de semi-conducteurs, les différents secteurs de marchés tendent à diverger.

Quel est l’impact des défis de la chaîne d’approvisionnement sur l’industrie des connecteurs ?

Avec la pandémie, nous avons appris des leçons par rapport à notre dépendance envers la Chine dans divers secteurs, en particulier en ce qui concerne les produits pharmaceutiques. Nous avons tous entendu parler du nombre record de navires au large des côtes californiennes. Or, le fait est que de nombreux produits en provenance de Chine auraient très bien pu être fabriqués aux États-Unis ou en Europe, si bien qu’un certain nombre de problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement sont de notre propre fait. De plus, les faillites liées à la pandémie ont empêché la formation de nouveaux chauffeurs de camion. Aujourd’hui, nous manquons donc également de chauffeurs. Par ailleurs, aux Etats-Unis, le dernier programme de protection du gouvernement qui indemnisait les gens pour rester à la maison a dissuadé les gens de retourner au travail. Bref, le Covid a réellement eu un impact majeur sur la chaîne d’approvisionnement.

Pensez-vous que les équipementiers constituent des stocks pour s’assurer qu’ils peuvent couvrir la demande future ?

Alors que la croissance commence à ralentir, je m’inquiète de la part du carnet de commandes de 19,5 milliards de dollars, que j’évoquais tout à l’heure, qui sera expédiée. Les clients pousseront-ils ces commandes plus loin ? Vont-ils commencer à annuler des commandes ? Cela pourrait être un problème majeur à l’avenir : ce stock finira-t-il par être expédié ou non ? C’est la grande question pour 2022. Je suis convaincu que la demande actuelle ralentira en 2022 mais je ne pense pas qu’il y aura une ruée d’annulations de commandes.

Voyez-vous des acteurs de la connectique relocaliser leur production aux États-Unis et en Europe pour atténuer les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement ?

Tout à fait. La production commence à revenir aux États-Unis et en Europe. Nous en sommes témoins depuis trois ou quatre ans. Les entreprises n’investissent tout simplement plus en Chine au rythme auquel elles le faisaient auparavant. Tout nouvel investissement des entreprises occidentales en Chine vise uniquement à répondre à la demande locale, et non à la demande des pays d’Amérique du Nord ou d’Europe. Les pays commencent à réaliser que le fait de ne pas fabriquer de produits au niveau national crée des problèmes d’approvisionnement et des problèmes de sécurité, comme on a pu le constater avec les principes actifs des médicaments. La fabrication de produits liés à la défense, tels que l’acier, est tout aussi préoccupante. Je crois que le grand exode manufacturier des pays occidentaux vers l’Asie du Sud-Est et la Chine est terminé.

Cet article a été publié initialement sur le site ConnectorSupplier.com, une publication dédiée à l’industrie de la connectique. Il a été écrit en coopération avec Bishop & Associates. Si vous souhaitez recevoir des nouvelles régulières sur l’industrie des connecteurs de la part de Connector Supplier, veuillez vous inscrire ici. Vous pouvez également contacter ConnectorSupplier.com à l’adresse éditorial@connectorsupplier.com

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

   JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This