Sélectionner une page

La France notifie à Airbus le contrat de 169 hélicoptères « Guépard »

La France notifie à Airbus le contrat de 169 hélicoptères « Guépard »

La Direction Générale de l’Armement (DGA) a notifié fin décembre à Airbus Helicopters un contrat pour le développement et la production du H160M dans le cadre du programme d’Hélicoptère Interarmée Léger (HIL). La production du H160M, qui sera baptisé Guépard au sein des forces armées françaises, irriguera toute la filière aéronautique française et contribuera à maintenir durablement plus de 2000 emplois en France.

Version militarisée du nouveau modèle H160 de la gamme d’hélicoptères civils de Airbus, le Guépard, remplacera les hélicoptères de type Gazelle, Alouette III, Dauphin, Panther et Fennec actuellement en service. Après la phase d’avant-projet notifié en 2019 par la DGA à Airbus Helicopters et Safran Helicopter Engines, les travaux de développement dureront jusqu’en 2029. Les premières productions démarreront dès 2024.

Le programme HIL vise ainsi à remplacer cinq types d’hélicoptères contribuant à des missions de combat, de renseignement, de transport léger opérationnel, de soutien, de formation et de service public par un unique appareil, dérivé du H160.

Les 169 appareils commandés seront répartis entre l’armée de Terre (80), la Marine nationale (49) et l’armée de l’Air et de l’Espace (40). Les livraisons débuteront en 2027.

Le contrat prévoit le développement de plusieurs prototypes ainsi que la livraison d’un premier lot de 30 appareils (21 pour l’armée de Terre, 8 pour la Marine Nationale et un pour l’Armée de l’Air et de l’Espace).

Le H160M Guépard sera équipé de la boule optronique Euroflir 410 de Safran, de l’avionique FlytX et du radar AirMaster C de Thales. Les pilotes seront équipés du casque à viseur intégré TopOwl de Thales. Le Guépard embarquera également une suite d’autoprotection, un système de communication par satellite et un système de liaison de données. Les armements comprendront le missile antinavires léger (ANL) de MBDA et des mitrailleuses en nacelle et en sabord.

Thales monte à bord des 169 hélicoptères Guépard

Le HIL Guépard offrira aux forces armées une flexibilité opérationnelle grâce à l’intégration d’équipements Thales de dernière génération : cockpit FlytX, radar AirMaster C, système d’autoprotection ou encore suite de communication, de navigation et d’identification (CNI) complète dont la nouvelle radio logicielle CONTACT aéro ERS-a.

Le cockpit du Guépard sera équipé de la suite avionique FlytX, totalement repensée en terme d’ergonomie et dotée des technologies les plus avancées. FlytX est le résultat de 10 années de recherche en collaboration avec des pilotes. Grâce à ses interfaces tactiles, directes et intuitives, FlytX améliore l’interaction des pilotes avec le cockpit et leur compréhension de l’environnement.

TopOwl Digital Display, dernier né de la gamme de casques Thales, complètera la palette d’outils à disposition des pilotes en leur ouvrant l’ère de la réalité augmentée. Intégrant les informations et vidéos issues des capteurs, TopOwl autorise le vol en environnement virtuel dégradé et facilite la coopération en équipage, démultipliant ainsi les capacités opérationnelles.

Bénéficiant des investissements de Thales et de la Direction générale de l’armement (DGA), le radar compact à panneau fixe AirMaster C, d’un poids inférieur à 20 kg, permet aux Forces armées de gagner en endurance sur zone et en vitesse de patrouille. AirMaster C couvre l’ensemble des missions de surveillance maritime, terrestre et aérienne. Son évolutivité et sa capacité d’auto-apprentissage permettront aux armées de classifier et de partager un volume conséquent de données.

La protection de l’équipage sera assurée par un système d’autoprotection optimisé pour le Guépard. Les menaces seront détectées depuis le domaine électromagnétique jusqu’au domaine optique et pourront être leurrées par des contre-mesures automatiques. La capacité de gestion de données sensibles de guerre électronique ont conduit au choix de l’architecture Thales basée sur le CATS-150, qui a déjà fait ses preuves à bord des NH-90.

Pour répondre aux exigences de son rôle multi-mission pour les armées de Terre, de l’Air et de l’Espace et la Marine nationale, le HIL Guépard pourra compter sur une suite avancée de connectivité le dotant d’un large spectre de services de communication sécurisés. Celle-ci inclura la radio logicielle issue du programme CONTACT associée au chiffreur aéronautique compact qui lui permettront son intégration dans la bulle SCORPION pour l’armée de Terre, la connectivité avec les autres plateformes de l’armée de l’Air et de l’Espace et l’interopérabilité OTAN jusqu’au niveau Secret. Une capacité de liaison haut débit résiliente Micro-TMA ainsi qu’une interopérabilité avec les réseaux 4G/LTE permettront une extension vers des missions opérationnelles hyper connectées. En outre, une suite de radionavigation et un nouvel équipement compact IFF d’identification ami-ennemi viendront compléter les capacités du HIL.

Le HIL Guépard sera également doté d’un récepteur Thales multi-constellation, GPS Galileo, le TopStar M dernière génération.

« En assurant le remplacement progressif de 5 types d’appareils différents dont certains sont en service depuis plus de 40 ans, le Guépard fournira à nos armées les moyens de mener de manière plus efficace leurs missions pour les 40 prochaines années. Ce programme pérennise les savoir-faire et les emplois d’Airbus Helicopters, leader européen des hélicoptères civils et militaires », souligne Florence Parly, ministre des Armées.

Prévue par la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, la commande des 169 Guépard, dont les 30 premiers en tranche ferme, s’inscrit dans un marché global de dix milliards d’euros comprenant : le développement et la livraison de 169 aéronefs ; la fourniture du système de soutien et de formation ; le maintien en condition opérationnelle (MCO) pendant dix ans.

Le marché notifié comprend également en plus : la commande de dix hélicoptères H160 pour la Gendarmerie nationale, décidée dans le cadre du plan de soutien à l’industrie aéronautique, pour un montant de plus de 200 millions d’euros ; la commande au centre d’expertise et d’essais DGA Essais en vol d’un H160 futur hélicoptère banc d’essai pour assurer les essais en vol de mise au point, de qualification des équipements et des futurs systèmes d’armes.

Le lancement en réalisation du Guépard sécurise l’activité industrielle du site Airbus Helicopters de Marignane pour les 15 prochaines années. C’est un programme qui irriguera toute la filière aéronautique française, notamment ses PME sur l’ensemble du territoire avec 80% des fournisseurs des pièces du H160 installés en France, principalement dans le sud. Au total, plus de 2000 emplois seront durablement localisés en France par le Guépard et ses dérivés à l’export.

Dossier d’information sur le lancement en réalisation du programme HIL

INSCRIPTION NEWSLETTER

DECOUVREZ VIPRESS MESURE

REJOIGNEZ-NOUS

Newsletters par date

juin 2024
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This