En 2016, le marché mondial des semiconducteurs aura finalement progressé de 2,6%, à 343,5 milliards de dollars, selon le bilan définitif de Gartner. Les ventes des 25 premiers fournisseurs mondiaux ont bondi de 10,5%, essentiellement grâce aux fusions-acquisitions, pour représenter 74,9% de la consommation mondiale de puces. Le reste de l’industrie a accusé, pour sa part, un recul des ventes de 15,6%.

Toutefois, si l’on gomme les effets des fusions-acquisitions qui ont été importantes en 2016, les 25 premiers fournisseurs mondiaux auraient vu leurs ventes progresser d’un modeste 1,9%, tandis que leurs poursuivants auraient augmenté leurs ventes de 4,6%, relativise Gartner. Cette évolution a été calculée en cumulant les ventes du repreneur et de sa cible non seulement en 2016, mais également en 2015 quand les deux entreprises été encore indépendantes.

La progression de 2,6% du marché des semiconducteurs pour l’ensemble de 2016 masque un mauvais début d’année caractérisé par des corrections de stocks excédentaires qui ont laissé place au deuxième semestre par une augmentation de la demande et un accroissement des prix de vente. La croissance sur l’ensemble de l’année résulte ainsi d’un accroissement de la production pour bon nombre de familles de systèmes électroniques, d’une hausse des prix des mémoires flash NAND et des effets de change relativement bénins, résume Gartner.

Côté classement, on notera le gain de 12 places de Broadcom qui atteint le 5e rang mondial à la faveur de la fusion Avago-Broadcom. Grâce au rachat de Freescale qui lui permet d’afficher des ventes 2016 en progression de 42,8%, NXP passe du 12e au 9e rang mondial et figure comme le seul Européen du Top10.