Sélectionner une page

45 millions d’euros pour développer un Android industriel à la française

45 millions d’euros pour développer un Android industriel à la française

Smart, Safe, Secure : telles sont les trois impératifs qui ont présidé à la création et au lancement du programme de développement S3P qui vise à rassembler les atouts et les compétences des acteurs français pour développer et promouvoir un environnement de développement et d’exécution logicielle de la partie embarquée de l’IoT. Présenté hier à Bercy par l’association Embedded France devant un parterre de 450 personnes, le programme S3P, pour développer une sorte d’Android industriel à la française, va mobiliser 45 millions d’euros sur trois ans, dont 18 M€ de subventions publiques apportées par le Programme d’Investissements d’Avenir.

S3P-081215Ouvert à toutes les entreprises qui apporteront leur contribution, le programme S3P rassemble différents types d’acteurs : des spécialistes des technologies logicielles, mais aussi les fabricants de microcontrôleurs, ainsi que de grands utilisateurs de l’électronique, des sociétés de conseil et des sous-traitants. Sous la houlette d’Esterel Technologies (leader du consortium), le programme S3P rassemble actuellement des partenaires technologiques, CEA Tech, Krono Safe, MicroEJ, Prismtech, Prove & Run, Sysgo, Telecom ParisTech et TrustInSoft, ainsi que les partenaires industriels utilisateurs, Airbus, Alstom, Altran Connected Solutions, AXA France, Continental, Eolane, NXP Semiconductors, Sagem, Schneider Electric, Sorin, STMicroelectronics, SurTec et Thales.

S3Pp-081215La Plateforme S3P vise à permettre le développement et l’exploitation commerciale rapide de services et de produits connectés à l’Internet des Objets (IoT), combinant des caractéristiques uniques de sûreté de fonctionnement, de cyber-sécurité, d’agilité et de portabilité.

Le consortium S3P crée également avec le support de l’Association Embedded France, de l’Association Cap’tronic et de la Fondation Eclipse, l’Alliance S3P pour développer cet écosystème au plan national et international et permettre son adoption par d’autres leaders de l’industrie et des services.

Le programme, qui selon son président Eric Bantégnie, p-dg d’Esterel Technologies (désormais propriété de l’Américain Ansys), ne souhaite pas développer un minitel IoT français, n’a pas vocation non plus à couvrir tous les aspects de l’IoT, mais se concentre sur une plateforme de développement et d’exécution logicielle, avec l’ambition de développer un écosystème compétitif pour que la France prenne une part de marché significative sur ce créneau à l’International. « La création de la plateforme, du projet et de l’alliance S3P est une étape clé pour la construction d’une plateforme de développement et d’exécution logicielle performante, sûre et sécuritaire, pour le déploiement mondial de l’Internet des Objets », escompte Eric Bantégnie. Ouvert à d’autres partenaires, le programme S3P va mobiliser une force de R&D correspondant à 300 hommes x an.

Télécharger le document de 15 pages du programme S3P

 

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This