Pour soutenir sa stratégie et maintenir l’ensemble de son système de production à l’avant-garde de la technologie et renforcer sa capacité et sa souplesse industrielle, Airbus a décidé de créer de nouvelles capacités de production A321 sur son site de Toulouse. Le montant de l’investissement n’a pas été divulgué.

Actuellement, la seule chaîne d’assemblage final européenne de l’A321 est implantée sur le site d’Airbus à Hambourg. L’A321 est également assemblé et livré depuis Mobile, en Alabama, aux États-Unis. Le site de Toulouse a été sélectionné pour plusieurs raisons : compétitivité globale, délai de commercialisation, coût d’investissement, surface au sol et ressources disponibles.

D’ici mi-2022, l’usine Jean-Luc Lagardère, site d’assemblage actuel de l’A380 à Toulouse, abritera ainsi une chaîne A321 dotée des dernières technologies numériques, dans le cadre d’une modernisation du système de production de l’A320 à Toulouse. Ces nouvelles installations visent à offrir une plus grande souplesse pour la production de l’A321, tout en maintenant un niveau stable de la capacité industrielle globale des monocouloirs à Toulouse.

« Nous bénéficions d’une forte demande qui atteint des niveaux sans précédent pour notre famille leader A320neo, en particulier ses dérivés A321 long-courrier (Long Range (LR)) et très long-courrier (Xtra Long Range (XLR)). Afin d’optimiser le flux industriel, nous avons décidé d’augmenter notre capacité et flexibilité globale de production pour l’A321, mais aussi d’établir une chaîne d’assemblage final de nouvelle génération à Toulouse », a déclaré Michael Schoellhorn, Chief Operating Officer d’Airbus.

Avec plus de 7100 appareils vendus à plus de 110 clients, la famille A320neo est best-seller dans le monde dans la catégorie des monocouloirs. Au sein de cette famille, l’A321XLR représente la nouvelle étape évolutive qui répond aux besoins du marché en termes d’accroissement du rayon d’action et de charge utile. À partir de 2023, cet appareil offrira un rayon d’action très long-courrier sans précédent, avec une consommation de carburant par siège inférieure de 30% à celle des avions concurrents de la génération précédente. Grâce à sa nouvelle cabine Airspace, l’A321XLR pourra offrir la meilleure expérience de voyage aux passagers, avec des sièges garantissant dans toutes les classes un niveau élevé de confort digne d’un gros-porteur long-courrier, associé aux faibles coûts d’un monocouloir.

863 appareils livrés en 2019

Airbus a livré 863 avions civils à 99 clients en 2019, soit 8% de plus que son précédent record de production établi en 2018. Pour la 17e année consécutive d’augmentation de la production, Airbus a progressé dans la transition vers toutes les variantes NEO et, en fin d’année, Airbus a livré 173 gros-porteurs, un chiffre jamais atteint en une seule année.

En 2019, les livraisons comprenaient :

  • Famille A220 : 48 appareils contre 20 en 2018 (depuis l’entrée de l’A220 dans la famille Airbus, le 1er juillet 2018)
  • Famille A320 : 642 appareils contre 626 en 2018, dont 551 de la famille NEO contre 386 en 2018.
  • Famille A330 : 53 appareils contre 49 en 2018, dont 41 de la famille NEO contre 3 en 2018.
  • Famille A350 : 112 appareils contre 93 en 2018, dont 25 A350-1000 contre 14 en 2018.
  • A380 : 8 appareils contre 12 en 2018.

Airbus a connu une année caractérisée par une forte progression de ses ventes avec un total de 1131 nouvelles commandes.  Les commandes nettes s’élèvent à 768 appareils, contre 747 en 2018, et portent les commandes nettes cumulées historiques d’Airbus au-dessus de la barre des 20 000 unités.

L’A220 a enregistré 63 commandes nettes, confirmant ainsi sa position de leader dans sa catégorie. La famille A320 a poursuivi son succès avec 654 commandes nettes, et notamment une formidable réaction du marché vis-à-vis du nouvel A321XLR. En fin d’année, l’offre actuelle de gros-porteurs d’Airbus affichait des ventes et des renouvellements de commandes portant sur 32 appareils de la famille A350 et 89 de la famille A330. Les annulations, au nombre de 363, résultent de situations spécifiques à certaines compagnies en 2019 et de la décision d’arrêt de la production de l’A380. En fin d’année, le carnet de commandes d’Airbus comptait 7482 appareils.