Le ministère fédéral allemand de l’Économie a décerné à Alstom un prix de l’innovation (*) lié à un projet d’essais qui vise à mettre en œuvre le système de conduite automatique (ATO) pour des trains de voyageurs régionaux. Le projet débutera en 2021 avec la collaboration de l’Association régionale de la ville de Braunschweig, du Centre aérospatial allemand (DLR) et de l’Université technique de Berlin (TU Berlin). Les essais pour les premiers trains automatisés commenceront au début de l’année 2023.

Après évaluation des voies sélectionnées et de l’équipement nécessaire à la conduite automatique, les essais seront effectués avec deux trains régionaux Coradia Continental. Alstom est l’un des principaux acteurs de l’ATO appliqué aux systèmes de métro, mais cet essai sera une première mondiale pour les trains régionaux de passagers, affirme le groupe français.

« À l’avenir, les trains automatisés permettront d’optimiser les opérations ferroviaires régionales, de réduire la consommation d’énergie et d’accroître le confort des voyageurs. La conduite automatique va contribuer de façon décisive à la protection de l’environnement et au développement d’un réseau ferroviaire moderne et attractif. Après avoir développé et testé avec succès le premier train à hydrogène au monde, le Coradia iLint, Alstom fait une nouvelle fois figure d’acteur novateur dans le transport ferroviaire avec ce projet pilote de conduite automatique pour les trains régionaux », explique Jörg Nikutta, Directeur général d’Alstom Allemagne et Autriche.

Pour ce projet, deux trains basés sur la plateforme Coradia Continental d’Alstom seront dotés du système européen de contrôle des trains (ETCS) et d’un équipement de conduite automatique (ATO). L’équipement permettra aux trains de fonctionner de manière automatique, en testant différents niveaux d’automatisation (GoA) : GoA3 en service voyageurs normal et GoA4 pendant les manœuvres. Le niveau GoA3 désigne une conduite entièrement autonome, mais avec un personnel qui peut intervenir en cas d’urgence. Le niveau GoA4 désigne, quant à lui, une exploitation sans personnel à bord du train, mais avec la possibilité d’une prise des commandes à distance. 

Le ministre de l’économie et des transports de Basse-Saxe, Bernd Althusmann, a félicité le site Alstom de Salzgitter pour l’attribution du prix de l’innovation à l’échelle nationale : « Après la mise en service réussie du train à piles à combustible dans le triangle Elbe-Weser, le site Alstom de Salzgitter établit une fois de plus les normes des transports locaux de demain grâce à ce projet. Le fait que nous, en Basse-Saxe, puissions désormais faire avancer les essais et le développement de l’opération automatique des trains en plus du champ d’essai de la mobilité automatisée et en réseau sur la route est une étape décisive pour l’avenir du transport de voyageurs par rail », souligne le ministre.

« La conduite automatique des trains est l’un des défis les plus passionnants de l’industrie ferroviaire. Elle nous offre la possibilité de modeler et de modifier radicalement la gestion opérationnelle de demain. Mais de nombreuses recherches sont encore nécessaires avant d’y parvenir et je suis très heureuse de travailler avec Alstom sur ce projet », a déclaré Birgit Milius, Chef/Professeur du Département des opérations et infrastructures ferroviaires de l’Université TU Berlin et responsable scientifique du projet.

Les résultats de ce projet doivent contribuer de façon décisive à une meilleure définition du cadre juridique et réglementaire de la conduite automatique des trains. La Basse-Saxe, qui a annoncé son intention d’exploiter des trains régionaux au niveau d’automatisation GoA3, sera à la pointe de la technologie dès que le projet aura fait ses preuves. Alstom peut s’appuyer sur son savoir-faire en matière de métros automatisés et de divers autres projets ATO. L’entreprise est à la tête du projet ATO européen au sein de Shift2Rail et est impliquée dans le train de marchandises automatisé de la SNCF.

(*) Alstom a reçu ce prix pour son idée d’un « bac à sable réglementaire » applicable à la conduite automatique des trains, dans la catégorie « Perspectives ». Les « bacs à sable réglementaires » sont de plus en plus importants en Allemagne car ils sont considérés comme une source d’innovation. En tant qu’environnement d’essai pour l’innovation et la réglementation, ils permettent d’acquérir de l’expérience avec les innovations numériques en conditions réelles.