Eté studieux pour Analog Devices qui a annoncé le 13 juillet le rachat de son compatriote Maxim dans une transaction d’environ 21 milliards de dollars, avant de s’emparer de l’activité HDMI d’Invecas, puis d’annoncer en août une collaboration avec Intel pour créer une plateforme radio flexible capable de relever les défis liés à la conception des réseaux 5G.

Analog Devices et Maxim Integrated Products ont annoncé le 13 juillet la signature d’un accord définitif aux termes duquel ADI acquerra Maxim dans le cadre d’une transaction portant sur l’ensemble des actions, qui évalue l’entreprise combinée à plus de 68 milliards de dollars. Le chiffre d’affaires du nouvel ensemble représente 8,2 milliards de dollars (6 milliards pour ADI ; 2,2 milliards pour Maxim).

Une fois conclu, l’accord de fusion-acquisition représentera environ 21 milliards de dollars, ce qui le placerait, selon le cabinet d’études Omdia au troisième rang derrière d’autres accords de fusion-acquisition récents dans le secteur des semiconducteurs – l’acquisition par Avago de Broadcom pour 37 milliards de dollars et le rachat par SoftBank d’Arm pour 32 milliards de dollars. Arm, qui, cet été, a lui aussi fait l’objet de spéculations concernant sa revente par Softbank, Nvidia étant présenté comme le candidat le plus sérieux au rachat du spécialiste des cœurs de microprocesseur (à suivre, donc).

La transaction entre Maxim et Analog Devices, qui a été approuvée à l’unanimité par les conseils d’administration des deux sociétés, renforcera la position d’Analog Devices sur le marché des semiconducteurs analogiques.

Selon les termes de l’accord, les actionnaires de Maxim recevront 0,630 action ordinaire d’ADI pour chaque action ordinaire de Maxim qu’ils détiennent à la clôture de la transaction. À la clôture de la transaction, les actionnaires actuels d’ADI détiendront environ 69% de la société combinée, tandis que les actionnaires de Maxim en détiendront environ 31%.

« L’annonce formidable faite ce jour avec Maxim marque la prochaine étape dans la vision d’ADI qui vise à construire un pont entre le monde physique et le monde numérique. ADI et Maxim partagent une passion pour la résolution des problèmes les plus complexes de nos clients. Ensemble, nous serons en mesure de développer des solutions plus complètes et à la pointe du progrès », a déclaré Vincent Roche, président et directeur général d’ADI.

Cette combinaison renforce la position de leader d’Analog Devices dans le domaine des semiconducteurs analogiques, avec des revenus attendus de 8,2 milliards de dollars et un flux de trésorerie disponible de 2,7 milliards de dollars sur une base pro forma. La force de Maxim sur les marchés de l’automobile et des centres de données, combinée à la force d’ADI sur les marchés de l’industriel, des communications et de la santé numérique, sont complémentaires. En ce qui concerne la gestion de l’énergie, les offres de produits de Maxim axées sur les applications complètent le catalogue de produits d’ADI sur le marché.

L’association des technologies permettra à ADI d’accroître son expertise dans le domaine et ses capacités d’ingénierie, du courant continu à 100 gigahertz, des nanowatts aux kilowatts et du capteur au cloud, avec plus de 50 000 produits. Cela permettra à l’entreprise combinée d’offrir des solutions plus complètes, de servir plus de 125 000 clients et de servir un marché adressables total de 60 milliards de dollars.

L’entreprise combinée emploiera plus de 10 000 ingénieurs avec des investissements annuels d’environ 1,5 milliard de dollars dans la recherche et le développement.

Le nouvel ensemble vise 275 millions de dollars de synergies de coûts d’ici la fin de la deuxième année après la clôture de la transaction, principalement grâce à la baisse des dépenses d’exploitation et du coût des marchandises vendues. Des synergies de coûts supplémentaires provenant de l’optimisation de la fabrication devraient être réalisées d’ici la fin de la troisième année suivant la clôture.

À la clôture, deux directeurs de Maxim rejoindront le conseil d’administration d’ADI, dont le président et directeur général de Maxim, Tunç Doluca.

Le cabinet d’études Omdia confirme que les portefeuilles de produits des 19e et 31e fabricants mondiaux de semiconducteurs sont complémentaires. Evalué par Omdia à 58 milliards de dollars, le marché des semiconducteurs analogiques est dominé par Texas Instruments avec une part de marché de 16,6% en 2019. Flanqué de Maxim, Analog Devices devrait ainsi voir sa part de marché grimper à 12,4%. TI et Analog Devices détiendraient ainsi près d’un tiers du marché mondial des circuits analogiques.

Le choix du réseau de distribution du nouvel ensemble sera déterminant, estime Omdia. Après l’acquisition de Linear Technology en 2017, Analog Devices a consolidé sa distribution de volume au niveau mondial avec Arrow Electronics et a conservé Digi-Key et Mouser pour l’exécution des petites commandes. Le réseau de distribution de Maxim comprend Avnet, Future Electronics, RS Components, Digi-Key, Newark et Mouser, ainsi que d’autres sociétés régionales et spécialisées. Texas Instruments a choisi récemment de recentrer son réseau de distribution sur Arrow, qui sera son seul distributeur de volume mondial d’ici la fin de 2020. Analog Devices fera-t-il le même choix que son principal concurrent ou choisira-t-il Avnet pour se démarquer, s’interroge Omdia ? L’avenir le dira.

Voir la présentation de la transaction

Rachat de l’activité HDMI d’Invecas

Analog Devices a également annoncé fin juillet l’acquisition de l’activité HDMI (High Definition Multimedia Interface) d’Invecas, une société basée à Santa Clara (Californie) spécialisée dans les logiciels embarqués et les solutions au niveau système. Par cette acquisition, ADI se dote de solutions audio et vidéo complètes qui lui permettront de répondre aux besoins croissants des marchés professionnels et grand public. Les modalités financières de la transaction n’ont pas été divulguées.

« La technologie HDMI est très prisée pour les applications vidéo d’entreprise, professionnelles, grand public et automobiles. L’acquisition de l’activité HDMI d’Invecas permettra à ADI de fournir des solutions plus complètes à toutes les étapes du parcours client du circuit intégré au produit final en passant par la certification. Nous nous félicitons d’enrichir nos capacités en intégrant l’expertise de ce groupe », a déclaré John Hassett, senior vice-president en charge des activités industrielles et grand public chez Analog Devices.

Par le biais de cette acquisition, ADI renforce également sa présence au sein de l’organisme de normalisation qui représente la technologie HDMI et qui a pour mission de façonner l’avenir de toutes les technologies associées au format HDMI, telles que les ensembles de fonctionnalités HDMI 2.1 et la réduction de la consommation d’énergie. En outre, ADI intégrera des moyens de certification et de conformité, assurant ainsi la prise en charge des clients tout au long du cycle de développement de leurs produits HDMI, de la conception au lancement en passant par la préconformité. À mesure du développement de ce segment industriel et du déploiement du protocole HDMI 2.1, des applications telles que la vidéo 8K et 10K, le retour de son amélioré (eARC) ou des fréquences de rafraîchissement variables, deviendront plus courantes.

Le groupe technologique HDMI d’Invecas dispose d’une solide expérience dans ce domaine ; il faisait en effet partie de Silicon Image, fabricant de semiconducteurs fondé en 1995 et pionnier de la technologie HDMI. Son équipe dirigeante continuera de jouer un rôle essentiel dans le rapprochement des entités audio et vidéo d’ADI, assure le repreneur.

Analog Devices propose un vaste choix de solutions d’interface HDMI. Ses produits sont destinés à des applications telles que la télévision haute définition (TVHD), les décodeurs, les récepteurs A/V, les projecteurs et autres écrans à entrées multiples.

Développement d’une plateforme radio flexible avec Intel pour la conception des réseaux 5G

Enfin, Analog Devices a annoncé le 5 août une collaboration avec Intel dans l’optique de créer une plateforme radio flexible capable de relever les défis liés à la conception des réseaux 5G. Cette solution doit permettre aux clients de développer leurs réseaux 5G de façon plus rapide et plus économique. En associant la technologie d’émission-réception RF avancée d’ADI aux performances élevées et à la consommation réduite des circuits logiques programmables sur site (FPGA) Arria 10 d’Intel, la nouvelle plateforme radio fournit aux développeurs une nouvelle panoplie d’outils de conception qui vise à créer plus facilement des solutions 5G optimisées.

« Cette nouvelle plateforme radio permet à nos clients de réduire le coût global de conception et de raccourcir leurs délais de mise sur le marché sans compromettre les performances au niveau système », a déclaré Joe Barry, vice-président de la division Communications sans fil, Analog Devices. « En combinant les émetteurs-récepteurs avec circuit frontal numérique (DFE) avancé d’ADI à la technologie FPGA de pointe développée par Intel, les solutions mises au point par nos clients peuvent atteindre le haut niveau de performance requis tout en augmentant le niveau de flexibilité nécessaire pour relever les défis de connectivité émergents avec une plus grande efficacité ».

Conforme aux spécifications O-RAN, la nouvelle solution se compose d’une part, d’un émetteur-récepteur défini par logiciel d’ADI comprenant un circuit frontal numérique (DFE) et, d’autre part, d’un circuit logique programmable sur site (FPGA) Arria A10 d’Intel pour former une architecture hautement flexible. Cette collaboration permettra aux concepteurs de personnaliser la fréquence, la bande passante et la consommation afin de maximaliser les performances système au meilleur coût.

« Cette collaboration entre ADI et Intel facilite le développement de nouvelles solutions radio pour réseaux 5G », a déclaré CC Chong, Senior Director d’Intel en charge des activités Wireless & Access au sein du groupe Programmable Solutions. « Nous nous réjouissons de travailler avec ADI pour accélérer le développement au niveau matériel en proposant des plateformes FPGA qui conjuguent la flexibilité requise pour répondre à des exigences en constante évolution, une grande facilité d’utilisation et la capacité à lever un grand nombre d’obstacles complexes au développement de produits RF et numériques ».