Bosch, seul équipementier automobile à produire ses propres semiconducteurs, vient de fêter le lancement de la production de semiconducteurs en carbure de silicium (SiC) dans l’usine de Reutlingen située 40 kilomètres au sud de Stuttgart. Avec sa fab 300mm en construction à Dresde, Bosch s’estime ainsi bien placé pour répondre aux besoins de l’automobile qui pourrait compter en moyenne 910 dollars de semiconducteurs par véhicule contre 337 dollars en 2018.

L’usine de Reutlingen, dans laquelle Bosch produit cette nouvelle génération de circuits SiC, traite des tranches de 150 et 300 mm de diamètre. Dans l’électronique de puissance, la technologie SiC permet d’éviter une perte de 50% de l’énergie sous forme de chaleur. Augmenter l’efficacité de l’électronique de puissance permet également d’accroître l’énergie disponible pour le moteur, et donc l’autonomie. Avec une seule charge de la batterie, il est alors possible de parcourir 6% de distance supplémentaire.

« Les semiconducteurs en carbure de silicium modifieront durablement l’électromobilité », explique Harald Kröger, membre du Directoire de Bosch. En effet, les semiconducteurs en carbure de silicium laissent présager, pour l’avenir, d’autres économies potentielles : ces puces offrant des pertes de chaleur nettement inférieures et fonctionnant à des températures nettement plus élevées, elles permettront par exemple de réduire le refroidissement nécessaire des composants du moteur. Cette amélioration aura elle aussi un impact positif sur le poids et le prix des véhicules électriques.

Grâce au carbure de silicium, Bosch étend son savoir-faire en matière de semiconducteurs. À l’avenir, l’entreprise utilisera les semiconducteurs SiC dans son électronique de puissance. « Notre connaissance approfondie des systèmes dans l’électromobilité nous permet de bénéficier directement des avantages du carbure de silicium pour développer des composants et des systèmes », poursuit Harald Kröger.

910 euros de semiconducteurs par véhicule

En dehors des semiconducteurs destinés à l’électronique de puissance, la gamme Bosch comprend également des mems et des circuits spécifiques (Asic).

Qu’il s’agisse d’airbags, de prétensionneurs de ceintures, de régulateurs de vitesse, de capteurs de pluie ou de groupes motopropulseurs, aujourd’hui, presque aucun domaine de la technologie automobile moderne ne peut se passer des micropuces. En 2018, la valeur des puces dans une voiture s’élevait en moyenne à 337 euros (source : ZVEI). Alors que ce montant augmente d’un à deux pour cent par an pour les applications autres que l’infodivertissement, la mise en réseau, l’automatisation et l’électrification, un véhicule électrique compte environ 410 euros de puces semiconductrices. Les experts partent du principe que cette valeur augmentera encore d’environ 910 euros du fait de l’automatisation de la conduite.

Avec ses usines de semiconducteurs à Reutlingen et à Dresde, Bosch s’estime bien positionné : « Notre savoir-faire en matière de semi-conducteurs nous permet de développer de nouvelles fonctionnalités pour les véhicules et les applications de l’Internet des objets, ainsi que de nouvelles puces plus performantes », explique Harald Kröger.

En juin 2018, Bosch a posé la première pierre de sa future fab 300 mm dans laquelle il investit près d’un milliard d’euros. Il s’agit du plus gros investissement de l’histoire de l’entreprise. Les lignes de production sont actuellement installées dans les annexes de l’usine et accueilleront les premiers collaborateurs au printemps 2020.

« Solutions pour la mobilité » représente le secteur d’activité le plus important du groupe Bosch. Son chiffre d’affaires s’est élevé en 2018 à 47,6 milliards d’euros, soit 61% des ventes totales du groupe. Le groupe Bosch est un important fournisseur mondial de technologies et de services. Avec un effectif d’environ 410 000 collaborateurs dans le monde, le groupe Bosch a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 78,5 milliards d’euros. Ses activités sont réparties en quatre domaines : Solutions pour la mobilité, Techniques industrielles, Biens de consommation et Techniques pour les énergies et les bâtiments.