La start-up toulousaine Staffman, éditeur de plateforme web collaborative, et le bureau d’étude Altitude Aerospace ont mis en commun leurs compétences pour lancer la plateforme Coopair. Son objectif ? La mise en relation et le partage de ressources humaines inter-entreprises dans le secteur de l’aéronautique.

La plateforme s’adresse aux professionnels de l’aéronautique souhaitant s’ouvrir à la diversification et aux professionnels hors-domaine souhaitant bénéficier des compétences pointues de celui-ci. La plateforme Coopair permet ainsi aux entreprises de proposer leurs salariés disponibles à celles qui ont un besoin ponctuel de ressources en vue d’établir une véritable relation de sous-traitance ou de prêt de personnel.

« L’idée est venue, lors du confinement, quand le secteur aéronautique a commencé à être impacté durablement. Nous nous sommes demandé comment, en tant que PME dans l’aéronautique, nous allions pouvoir trouver de nouvelles opportunités d’affaires pour les ingénieurs ces prochaines années et rencontrer nos futurs clients malgré ce contexte tendu », explique Laetitia Chaynes, directrice générale d’Altitude Aerospace France.

« Coopair ne fonctionne pas comme une plateforme de recrutement en ligne. C’est un outil qui s’adresse aux managers qui y inscrivent les compétences de leurs équipes disponibles. La plateforme permet ainsi de limiter l’impact des plans sociaux et de préserver les talents nécessaires à la viabilité des entreprises », ajoute Bastien Vialade, CEO de Staffman, start-up déjà éditrice d’une plateforme collaborative pour les freelances et les ESN (Entreprises de Services du Numérique).

Passerelle de collaboration entre entreprises, Coopair n’a pas seulement vocation à être utilisée en temps de crise mais s’inscrit dans une transformation profonde des relations B2B dans l’industrie.

Le secteur aéronautique possède de nombreuses compétences pouvant s’adapter à d’autres industries (énergie, ferroviaire, etc.). Grâce à des algorithmes de proximité de compétences développés par Staffman, Coopair permet aux entreprises du secteur aéronautique de s’ouvrir à d’autres marchés.

Après une levée de fonds de 600 000 euros en 2018 et l’entrée à son capital du groupe HelloWork, la plateforme Staffman.fr a justifié de plus de 7 500 mises en relation en 2019 et référence déjà plus de 30 000 ingénieurs.

Sur ce modèle, la plateforme Coopair s’adresse à toutes les entreprises du secteur aéronautique, aussi bien aux PME qu’aux grands groupes, sur l’ensemble du territoire français, et à terme à l’international.

En préparation, un module de partage de ressources matérielles (équipements de production, R&D, …)

En 2021, Staffman et Altitude Aerospace projettent d’étoffer leurs équipes pour ce projet. Staffman envisage notamment le recrutement de profils de Data Scientist, spécialisés en IA et Big Data.

Pour pousser l’optimisation des ressources à son maximum, Coopair envisage un module de partage de ressources matérielles (équipements de production, R&D, locaux, logiciels, etc..) qui sera disponible d’ici fin 2021.

La plateforme Coopair est accessible gratuitement jusqu’au 31 décembre 2020 sans engagement.

Altitude Aerospace est un bureau d’études en aéronautique offrant des services d’ingénierie, de certification et de support tant pour le développement de nouveaux programmes que pour l’entretien de flottes d’avions en service notamment dans le cadre de modifications et réparation. Fondé en 2005, le groupe Altitude Aerospace compte une centaine d’employés répartis sur 3 sites à Toulouse, à Montréal au Canada et à Portland aux Etats-Unis.

Depuis 2017, la start-up Staffman permet aux ESN (Entreprises de Services du Numérique) de trouver des ingénieurs “pour lundi”. Cette plateforme web collaborative recense les candidats, les freelances et les ingénieurs disponibles en poste, pour les mettre à disposition des sociétés en recherche urgente de profils. Forte de 1000 entreprises utilisatrices et de 30 000 ingénieurs référencés, la plateforme a attiré l’attention de HelloWork – acteur majeur de l’emploi, du recrutement et de la formation sur Internet en France -qui est entré au capital en 2019. Cette levée de fonds permet d’atteindre aujourd’hui une envergure nationale et de lancer plusieurs instances de Staffman sur d’autres secteurs industriels.