L’équipementier automobile allemand Continental annonce un durcissement de son programme de transformation 2019-2029 lancé en 2019 avec des mesures supplémentaires pour réduire ses coûts de désormais plus d’un milliard d’euros à partir de 2023. L’équipementier ne s’attend pas à ce que la production de véhicules revienne aux niveaux d’avant la crise de 2017 avant 2025.

L’entreprise dont le siège est basé à Hanovre augmente ainsi son objectif d’économies précédent d’un peu plus de 500 millions d’euros. Les raisons  invoquées sont la faiblesse persistante de la production mondiale de véhicules ainsi que l’aggravation de la crise économique en raison de la pandémie de coronavirus.

« L’ensemble de l’industrie automobile est actuellement confronté à d’énormes défis. Il n’a pas connu de crise plus importante et plus grave au cours des 70 dernières années. Cette crise frappe particulièrement les fournisseurs. Après environ une décennie de croissance rapide et rentable et d’expansion de la main-d’œuvre conforme au modèle de croissance de l’industrie automobile, nous orientons maintenant nos opérations vers un nouveau type de croissance avec les technologies futures. C’est pourquoi nous sommes en discussions intensives avec les représentants des employés pour trouver les solutions les plus durables et les plus efficaces et trouver un équilibre avec les intérêts de notre personnel », a déclaré le p-dg de Continental, Elmar Degenhart.

Toutes les fonctions centrales et unités commerciales vont contribuer à ce plan d’économies sur tous les sites en Allemagne et à l’étranger. Ce plan de restructuration va passer par le regroupement des tâches de production, de recherche et développement dans les sites les plus compétitifs du groupe ainsi que des ajustements de portefeuille d’activité. De plus, l’entreprise poursuit l’automatisation de ses processus, dans une optique Industrie 4.0, tout en visant une plus grande flexibilité de travail et une réduction des coûts de main-d’œuvre. En outre, les opérations commerciales qui sont constamment non rentables devront être vendues.

Cette stratégie entraînera probablement la délocalisation ou la fermeture des installations et des opérations dans des endroits où les coûts sont constamment trop élevés, où les technologies deviennent obsolètes ou où les capacités de production ne peuvent pas être utilisées de manière rentable à moyen et long terme, souligne le groupe.

Dans l’ensemble, Continental s’attend à ce que les changements prévus dans ce programme structurel affecteront plus de 30 000 emplois directs dans le groupe. Ces postes seront modifiés, déplacés ou supprimés. Environ 13 000 de ces emplois sont situés en Allemagne, et une autre partie importante dans des pays qui ont également des coûts de main-d’œuvre élevés. 90% des ajustements ciblés devront être achevés d’ici 2025.

L’entreprise avait initialement annoncé des mesures en septembre 2019 qui auraient affecté jusqu’à 20 000 emplois dans le monde, dont 7000 en Allemagne. Une partie du programme de transformation est déjà achevée, touchant directement quelque 3000 emplois dans le monde depuis fin septembre 2019.

L’équipementier souligne que parallèlement des emplois seront créés dans les futurs domaines de la mobilité. Il s’agit notamment de technologies et de logiciels pour la numérisation, la conduite assistée et automatisée ainsi que la mobilité zéro émission.

Continental emploie actuellement plus de 232 000 personnes dans le monde, dont environ 59 000 en Allemagne. Entre 2010 et aujourd’hui, suite à la crise précédente, le nombre d’emplois chez Continental a augmenté d’environ 84 000 emplois dans le monde, dont environ 13 000 en Allemagne.