La SIA publie une étude qui montre que la création de chaînes d’approvisionnement locales entièrement autosuffisantes dans chaque grande région du monde nécessiterait au moins 1000 milliards de dollars d’investissements initiaux supplémentaires et entraînerait une augmentation de 35% à 65% des prix des semiconducteurs, conduisant finalement à des coûts plus élevés des appareils électroniques pour les consommateurs.

La Semiconductor Industry Association (SIA), en partenariat avec le Boston Consulting Group (BCG), publie une étude analysant les avantages et les vulnérabilités de la chaîne d’approvisionnement mondiale des semiconducteurs et recommandant des mesures gouvernementales pour assurer sa solidité et sa résilience à long terme. Le rapport, intitulé « Renforcer la chaîne d’approvisionnement mondiale des semiconducteurs dans une époque incertaine », constate que si tout ne va pas bien, un repli sur soi de chaque grande région du monde sera pire encore.

Si la structure actuelle de la chaîne d’approvisionnement mondiale des semiconducteurs basée sur la spécialisation géographique a permis une innovation, une productivité et des économies de coûts considérables au cours des 30 dernières années, des vulnérabilités sont apparues et doivent être corrigées par des mesures gouvernementales, y compris des incitations financières pour stimuler la production et la recherche nationales de puces, écrit le rapport.

Principal enseignement de l’étude : la chaîne d’approvisionnement mondiale hautement spécialisée en semiconducteurs a soutenu l’innovation technologique continue de l’industrie, a profité aux consommateurs et a apporté une valeur considérable. Une alternative hypothétique avec des chaînes d’approvisionnement locales entièrement autosuffisantes dans chaque région nécessiterait au moins 1000 milliards de dollars d’investissements initiaux supplémentaires et entraînerait une augmentation globale de 35% à 65% des prix des semiconducteurs, entraînant finalement des coûts plus élevés des appareils électroniques pour les consommateurs, souligne le rapport.

Pour autant, le rapport souligne que la spécialisation géographique a créé des vulnérabilités dans la chaîne d’approvisionnement mondiale des semiconducteurs. Il y a plus de 50 points dans la chaîne de valeur où une région détient plus de 65% de la part de marché mondiale. Ce sont des points de défaillance potentiels qui pourraient être perturbés par des catastrophes naturelles, des fermetures d’infrastructures ou des conflits internationaux, et peuvent provoquer de graves interruptions dans l’approvisionnement en puces essentielles.

Environ 75% de la capacité mondiale de fabrication de semiconducteurs, par exemple, est concentrée en Chine et en Asie de l’Est, une région fortement exposée à une forte activité sismique et à des tensions géopolitiques, stigmatise la SIA. En outre, 100% de la capacité de fabrication de semiconducteurs la plus avancée au monde (moins de 10 nanomètres) se trouve actuellement à Taiwan (92%) et en Corée du Sud (8%). Ces puces avancées sont essentielles à l’économie américaine, à la sécurité nationale et à l’infrastructure critique. Un scénario hypothétique extrême de perturbation complète des fonderies taïwanaises pendant un an pourrait entraîner l’arrêt de la chaîne d’approvisionnement mondiale en électronique, entraînant d’importantes perturbations économiques mondiales. Si une telle perturbation totale hypothétique devait devenir permanente, il faudrait au moins trois ans et un investissement de 350 milliards de dollars pour créer une capacité suffisante dans le reste du monde pour remplacer les fonderies taïwanaises, assure le rapport.

La SIA en conclut donc qu’une action gouvernementale est nécessaire pour remédier aux vulnérabilités de la chaîne d’approvisionnement mondiale des semiconducteurs et garantir sa solidité et sa résilience à long terme. Pour réduire le risque de perturbations majeures de l’approvisionnement mondial, le gouvernement américain devrait adopter des programmes d’incitation axés sur le marché pour parvenir à une empreinte géographique plus diversifiée. Ces incitations devraient viser à étendre la capacité de fabrication de semiconducteurs aux États-Unis et à élargir l’offre de certains matériaux critiques. Par exemple, la capacité supplémentaire de ces incitations permettrait aux États-Unis de répondre à la demande intérieure de puces logiques avancées utilisées dans la défense, l’aérospatiale et les infrastructures critiques.

D’où l’annonce bienvenue du plan Biden (voir notre article dans cette édition).

« La pénurie mondiale de semiconducteurs est un rappel brutal des risques de perturbations de la chaîne d’approvisionnement et de la nécessité pour le gouvernement américain de prendre des mesures rapides pour investir dans la fabrication et la recherche de puces nationales. Nous sommes impatients de travailler avec les dirigeants du Congrès et de l’administration pour promouvoir la production et l’innovation de semiconducteurs aux États-Unis afin que l’Amérique reste au sommet de cette technologie fondamentale », conclut John Neuffer, président-directeur général de SIA.

Télécharger le rapport complet de la SIA