Sélectionner une page

La GSMA réclame des régulateurs davantage de spectre pour la 5G

La GSMA réclame des régulateurs davantage de spectre pour la 5G

La GSMA, association qui représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile, demande aux gouvernements et régulateurs du monde entier de s’engager à répondre aux besoins de la 5G à l’approche de la Conférence mondiale des radiocommunications qui aura lieu en 2019 (WRC-19). La 5G est en mesure de créer une société « hyper connectée », répondant aux besoins variés d’un ensemble très diversifié de connexions – des machines industrielles dans les usines aux véhicules automatisés, en passant par des services en pleine croissance comme la vidéo à la demande.

5g-151116« Bien que le secteur de la téléphonie mobile, les institutions universitaires et les organismes définissant les normes internationales développent les technologies essentielles à la 5G, la réussite dépendra fortement d’un accès abordable à la quantité de spectre requise », prévient John Giusti, chef de la réglementation à la GSMA. « Il est primordial que suffisamment de spectre nouveau soit mis à disposition de la téléphonie mobile – et que les opérateurs soient autorisés à réaffecter le spectre existant pour la 5G lorsque c’est nécessaire. Les gouvernements jouent un rôle central dans le processus de la WRC-19 pour identifier le spectre harmonisé pour la 5G et encourager l’investissement nécessaire dans les réseaux ».

Les services 5G ultra rapides nécessiteront des quantités de spectre si importantes que les gouvernements et les régulateurs recherchent déjà des fréquences nettement supérieures à celles utilisées traditionnellement dans les services mobiles. Alors que ce travail est essentiel, la GSMA a souligné que le spectre mobile doit être rapidement identifié dans trois plages de fréquences clés – dont les bandes de basses fréquences traditionnelles – pour permettre une large couverture et soutenir tous les cas d’utilisation. Les trois plages sont : en dessous de 1 GHz, entre 1 et 6 GHz et au-dessus de 6 GHz :

  • En dessous de 1 GHz : pour permettre une large couverture dans les zones urbaines, périurbaines et rurales et contribuer à soutenir les services pour l’Internet des Objets (IoT).
  • Entre 1 et 6 GHz : cette plage offre un bon éventail d’avantages en termes de couverture et de capacités, incluant le spectre dans la plage 3,3-3,8 GHz qui devrait être à la base de bon nombre des premiers services 5G.
  • Au-dessus de 6 GHz : nécessaire pour satisfaire les débits très large bande prévus pour la 5G ; on s’intéressera en particulier aux bandes de fréquences au-dessus de 24 GHz.

Dans un nouveau document de positionnement sur la spectre pour la 5G publié aujourd’hui, la GSMA a formulé plusieurs recommandations qui permettront au secteur de la téléphonie mobile d’obtenir le spectre nécessaire pour la 5G.

Téléchargez le document de positionnement de la GSMA sur le spectre pour la 5G

INSCRIPTION NEWSLETTER

DECOUVREZ VIPRESS MESURE

REJOIGNEZ-NOUS

Newsletters par date

novembre 2022
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This