La dernière enquête de l’ECIA réalisée auprès des fabricants de composants et des distributeurs aux Etats-Unis entre le 8 et le 12 juin 2020 montre un net regain d’optimisme sur l’impact du coronavirus sur l’industrie des composants électroniques et la chaîne d’approvisionnement.

Cette enquête a été réalisée entre le lundi 8 juin et le vendredi 12 juin, près de trois semaines après la conclusion de la dernière enquête. Rappelons que l’organisation professionnelle américaine a réalisé précédemment sept autres enquêtes depuis le 7 février.

Entre l’enquête la plus récente et l’enquête précédente qui s’est terminée le 26 mai, le contraste est flagrant. L’enquête terminée le 12 juin présente une image d’optimisme retrouvé alors que les inquiétudes concernant l’impact sur la chaîne d’approvisionnement et la faculté à respecter les délais de livraison ont chuté de manière significative pour toutes les principales catégories de composants – passifs, électromécaniques et semiconducteurs. Un impact « modéré » ou « minime » deviennent les réponses les plus fréquentes pour les trois catégories de composants. Le nombre de réponses « ne sait pas » chute drastiquement.

L’enquête a montré également que les inquiétudes concernant presque toutes les strates de la chaîne d’approvisionnement, y compris la demande du marché final, diminuent considérablement. Les perspectives des marchés se sont améliorées dans tous les secteurs, à l’exception de l’électronique médicale qui présentait déjà les perspectives d’avenir les plus brillantes. Tout cela s’est traduit par une forte augmentation de la confiance dans les commandes pour chaque catégorie de composants et chaque marché final.

Les marchés de l’informatique et du traitement des données, des infrastructures de télécommunications et de la défense / aérospatiale ont connu le plus grand regain de confiance pour une croissance future. Les résultats les plus récents montrent que 74% des répondants prévoient une croissance dans l’électronique médicale, suivie de 53% pour l’informatique et le traitement des données et de 40% pour les infrastructures de télécommunications. Pour l’ensemble des marchés d’applications, 37% des répondants prévoient une croissance 37%, mais 42% une baisse.