Worldline et Ingenico annoncent avoir obtenu l’autorisation de la Commission européenne au titre du contrôle des concentrations pour le projet d’acquisition d’Ingenico, annoncé en début d’année. Cette décision constitue la dernière autorisation attendue pour boucler l’opération.

Cette autorisation est assortie de l’engagement de Worldline de procéder à des cessions limitées à quelques portefeuilles de contrats d’acquisition commerçants d’Ingenico en Autriche et en Belgique et de Worldline au Luxembourg, représentant un chiffre d’affaires annuel d’environ 25 millions d’euros.

Ces engagements de cession, limités aux quelques marchés sur lesquels le groupe combiné aurait bénéficié, selon la Commission européenne, d’une position très importante, reflètent la grande complémentarité des deux groupes et sont cohérents avec les estimations préliminaires, affirment les deux groupes.

L’Autorité des marchés financiers a fait connaître que la clôture de l’offre publique visant les titres Ingenico interviendra le 15 octobre 2020. Les actionnaires d’Ingenico et les porteurs d’OCEANEs Ingenico ont ainsi jusqu’au 15 octobre 2020 pour apporter leurs titres à l’offre de Worldline.

Ingenico Group, basé en France, est principalement actif dans la conception et la fourniture de terminaux de point de vente (matériel et logiciel connexe) et fournit également des services de paiement comme des services d’acquisition de paiements ainsi que d’autres services de paiement en magasin et en ligne. Ingenico est présent dans le monde entier et exerce des activités dans 170 pays. Worldline, dont le siège est situé en France, est une entreprise du secteur des services transactionnels et de paiement. Elle est présente dans l’ensemble de l’EEE et sur les marchés émergents comme l’Inde, la Chine et certains pays d’Asie et d’Amérique latine.

Avec un chiffre d’affaires combiné d’environ 5,3 milliards d’euros en 2019, dont environ 2,5 milliards d’euros dans les paiements et services transactionnels, le nouvel ensemble créerait un nouveau leader mondial du secteur. Il occuperait une position de numéro un mondial dans les terminaux de paiement avec plus de 14 millions de terminaux livrée par an.

Voir la présentation du rachat