La Direction générale de l’armement (DGA) a notifié le 30 décembre 2019, à Airbus Helicopters et Safran Helicopter Engines, le marché de pré-développement de la militarisation du H160. Il concerne notamment l’adaptation des instruments de bord, des capteurs et de la cabine pour permettre la réalisation de missions militaires, y compris à partir de bateaux de la Marine nationale.

En liaison avec l’état-major des armées, la DGA poursuit la définition des performances et des caractéristiques attendues du Guépard et de son système de soutien. Le lancement en réalisation du programme est prévu en 2021.

L’ensemble des acteurs du projet, DGA, Direction de la maintenance aéronautique (DMAé), armées, Airbus Helicopters et Safran Helicopter Engines, continuent en parallèle leurs travaux sur la maintenance. L’existence d’une flotte d’hélicoptères unique pour les trois armées doit permettre une organisation du soutien performante et optimisée.

Le Guépard, dont la maquette a été présentée pour la première fois en juin 2019 au salon du Bourget, remplacera les Gazelle de l’armée de Terre, les Alouette III, Dauphin et Panther de la Marine nationale, et les Fennec de l’armée de l’Air.

Florence Parly, ministre des Armées, avait annoncé en mai 2019 sa décision d’accélérer le programme pour permettre les premières livraisons dès 2026 avec 2 ans d’avance sur le planning initial.

Commande d’une flotte intérimaire d’hélicoptères composée de quatre H160 et de douze Dauphin

Parallèlement, la DGA a notifié le 31 janvier 2020 un marché pour quatre H160 neufs en location-vente auprès du groupement formé par Airbus Helicopters, Babcock et Safran Helicopters Engines. Ces quatre appareils H160, dernier né de la gamme civile d’Airbus Helicopters, seront opérationnels, dès 2022, pour une période de 10 ans.

Grâce à cette flotte intérimaire de H160, la Marine Nationale sera en mesure de poursuivre ces missions critiques après le retrait des Alouette III et en attendant les livraisons de « Guépard ». Airbus Helicopters et ses partenaires seront également chargés du support des appareils garantissant un haut niveau de disponibilité et des engagements de performance. De plus, le retour d’expérience ainsi acquis par la Marine nationale sera utilisé lors de la conception de la version militaire du H160 et de son système de support.

« Nous sommes ravis que la Marine nationale ait décidé d’exploiter le H160 pour ses missions de recherche et sauvetage. Nous sommes convaincus que la perception de la situation de vol améliorée, l’assistance au pilote renforcée et la visibilité offertes par le H160 seront autant d’atouts précieux pour ces missions critiques et exigeantes. Notre partenariat industriel avec Babcock et Safran Helicopter Engines nous permettra de garantir un taux de disponibilité extrêmement élevé au profit de la Marine », a déclaré Bruno Even, CEO d’Airbus Helicopters.

Le H160 est un appareil bimoteur de moyen tonnage de nouvelle génération équipé de moteurs Arrano. Grâce à sa conception modulaire, il peut effectuer un large éventail de missions, du transport offshore à l’aviation privée et commerciale, en passant par les services médicaux d’urgence et les services publics. Son entrée en service est prévue en 2020. Les premières livraisons de la version militaire tout aussi modulaire, le H160M, également connue sous le nom de Guépard au sein de l’armée française, devraient avoir lieu en 2026. 169 hélicoptères H160M sont prévus au titre du programme Hélicoptère Interarmées Leger afin de remplacer cinq flottes d’hélicoptères en service dans les forces armées françaises.

Par ailleurs, la Direction de la maintenance aéronautique (DMAé) a également commandé, le 31 décembre 2019, la location et le soutien de 12 Dauphin au groupement formé par Heli-Union et DCI. Une fois modifiés pour opérer à partir de navires de la Marine nationale, ces hélicoptères entreront en service, dès la fin de l’année, pour une durée de dix ans.