A l’occasion de la réunion du CSF Industries Electroniques, présidée par Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargé de l’industrie, et de la signature de l’avenant au contrat stratégique, la filière électronique se réjouit d’être dotée de nouvelles ambitions majeures pour « valoriser l’excellence et le rayonnement de ses industries, en réponses aux enjeux numériques et environnementaux de l’industrie du futur ».

Le Comité Stratégique a d’abord dressé un bilan qu’il juge très positif des actions mises en oeuvre autour des 6 axes prioritaires du contrat de filière signé en mars 2019 :

  • Plan Nano 2022 et Projet d’intérêt européen commun (PIEEC) Nanoélectronique pour l’innovation et la recherche
  • Développement de l’intelligence artificielle embarquée,
  • Industrie électronique durable du futur,
  • Numérisation de la supply chain,
  • Lancement d’un engagement de développement de l’emploi et des compétences (EDEC),
  • Plan de relance Export de l’électronique,…

« Ces actions sont autant d’accomplissements concrets qui témoignent de la vitalité et du rôle essentiel de la filière électronique sur toute la chaine de valeurs (fabricants, sous-traitants et distributeurs) dans un contexte de crise sanitaire et de concurrence internationale accrue », se félicite le CSF électronique.

Pour faire face à ce contexte nouveau, le Comité stratégique de filière – qui représente en France 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 80 000 emplois directs et 170 000 emplois indirects – s’est engagé sur de nouvelles priorités majeures aux côtés des pouvoirs publics (voir article dans cette édition).

Au-delà de l’actualisation des axes prioritaires du contrat, trois nouveaux axes structurants liés aux enjeux prioritaires du plan France Relance ont été ajoutés, autour de la contribution à la transition environnementale, la souveraineté, la résilience, et la cohésion et sur les relations de coopération entre l’écosystème électronique français et les filières aval partenaires.

Parmi les livrables attendus :

  • La stratégie d’accélération électronique 2021-2025 et le nouvel PIEEC sur l’électronique et la connectivité
  • Les coopérations avec les filières aval notamment la filière automobile (électronique de puissance) ou la filière aéronautique (mise en oeuvre des conclusions de la mission conjointe sur le contrôle des exportations)
  • La stratégie d’accélération « Intelligence Artificielle » 2021-2025,
  • Le plan d’attractivité de la filière électronique
  • La poursuite des actions essentielles menées en faveur de la résilience de la filière.

« Avec ces nouvelles ambitions, la filière poursuit résolument sa mobilisation en faveur de l’industrie électronique française et maximise son rôle majeur pour l’industrie et l’économie toute entière », souligne Thierry Tingaud, président du CSF Industries électroniques.