Au premier trimestre 2020, le marché allemand de la distribution de composants électroniques a enregistré une forte baisse de 15% en variation annuelle, à 818 millions d’euros, reflétant la crise mondiale liée au Covid-19. Selon le FBDi, les ventes des distributeurs Outre-Rhin ont toutefois été supérieures de 19%, à celles du 4e trimestre 2019.

En comparaison, les commandes n’ont baissé que de 2% en variation, ce qui permet une amélioration notable du book-to-bill (rapport commandes sur facturations) à 1,03, même s’il reste à un niveau faible.

Concernant les facturations, il y a eu des différences entre les groupes de produits : les semiconducteurs, les capteurs, l’électromécanique et les alimentations ont mieux résisté que la moyenne, tandis que les composants passifs, les écrans et les cartes en particulier ont subi des revers, dont certains importants.

Par type de produits, les ventes au 1er trimestre de semiconducteurs ont ainsi diminué de 13,2% sur un an, à 562 millions d’euros ; celles de composants passifs ont chuté de 28% à 95 millions d’euros et les ventes de composants électromécaniques ont cédé 12,4%, à 101 millions d’euros. Le marché des alimentations a diminué de 9,2%, celui des écrans de 15,1%, le marché des capteurs a été quasi-stable (-0,3%) et celui des modules et systèmes embarqués a reculé de 17,7%. La répartition du marché a ainsi légèrement évolué : semiconducteurs 69%, passifs 11,6%, électromécanique 12,4% (dépassant les passifs pour la première fois), alimentations 3,5%, le reste atteignant 3,7%.

« Alors qu’en février, nous étions encore préoccupés par la question de savoir comment Covid-19 influencerait la production en Chine et quels goulots d’étranglement cela pourrait causer dans la chaîne d’approvisionnement, à présent les industries européenne et américaine sont mises au défi de se redresser. En raison des fermetures partielles d’usines en Europe et aux États-Unis, la visibilité sur la chaîne d’approvisionnement est perdue et rien ne redeviendra clair avant au mieux l’automne 2020. Les goulets d’étranglement attendus interviendront plus tard, mais certainement avec plus de force », commente Georg Steinberger, président de l’organisation professionnelle allemande des distributeurs.