Le géant japonais Huawei n’a pas souhaité confirmer ou infirmer l’information du Nikkei concernant le fait que TSMC ne prendrait plus de nouvelles commandes de sa part. En revanche, il a réagi officiellement au durcissement des mesures américaines à l’exportation, déclarant que son activité sera inévitablement affectée, mais que la mesure à long terme nuira à l’industrie mondiale des semiconducteurs.

« Au cours des 30 dernières années, Huawei a déployé plus de 1 500 réseaux dans plus de 170 pays et régions, desservant plus de 3 milliards de personnes dans le monde. Nous fournissons également des appareils intelligents à 600 millions de consommateurs. Les actions américaines contre Huawei ne nuiront pas seulement à Huawei, mais nuiront également aux expériences des clients et des consommateurs qui utilisent les produits et services de Huawei », a déclaré hier Guo Ping, président tournant de Huawei, prononçant un discours lors du 17e sommet annuel mondial des analystes.

La SIA minimise l’impact de la mesure

De son côté, la SIA, qui représente 95% de l’industrie américaine des semiconducteurs, a fait la déclaration suivante : « Nous craignons que cette règle ne crée de l’incertitude et des perturbations pour la chaîne d’approvisionnement mondiale des semiconducteurs, mais elle semble être moins dommageable pour l’industrie américaine des semiconducteurs que les approches très larges précédemment envisagées ».

Voici le communiqué intégral de Huawei :

« Huawei s’oppose catégoriquement aux modifications apportées par le ministère américain du Commerce à sa règle sur les produits étrangers directs qui visent spécifiquement Huawei. Le gouvernement américain a ajouté Huawei à la liste des entités le 16 mai 2019 sans justification. Depuis lors, et malgré le fait qu’un certain nombre d’éléments industriels et technologiques clés nous ont été rendus inaccessibles, nous sommes restés déterminés à respecter toutes les règles et réglementations du gouvernement américain. Dans le même temps, nous avons rempli nos obligations contractuelles envers les clients et les fournisseurs, et nous avons survécu et avancé contre toute attente.

Néanmoins, dans sa quête incessante de resserrer son emprise sur notre entreprise, le gouvernement américain a décidé d’aller de l’avant et d’ignorer complètement les préoccupations de nombreuses entreprises et associations industrielles. Cette décision était arbitraire et pernicieuse et menace de saper toute l’industrie dans le monde. Cette nouvelle règle aura un impact sur l’expansion, la maintenance et les opérations continues de réseaux d’une valeur de centaines de milliards de dollars que nous avons déployés dans plus de 170 pays. Cela aura également un impact sur les services de communication pour plus de 3 milliards de personnes qui utilisent les produits et services Huawei dans le monde.

Pour attaquer une entreprise leader d’un autre pays, le gouvernement américain a intentionnellement tourné le dos aux intérêts des clients et des consommateurs de Huawei. Cela va à l’encontre de l’affirmation du gouvernement américain selon laquelle il est motivé par la sécurité du réseau.
Cette décision du gouvernement américain n’affecte pas seulement Huawei. Cela aura un impact sérieux sur un grand nombre d’industries mondiales. À long terme, cela nuira à la confiance et à la collaboration au sein de l’industrie mondiale des semiconducteurs dont dépendent de nombreuses industries, augmentant les conflits et les pertes au sein de ces industries.

Les États-Unis mettent à profit leurs propres atouts technologiques pour écraser les entreprises en dehors de leurs propres frontières. Cela ne fera que saper la confiance des entreprises internationales dans la technologie et les chaînes d’approvisionnement américaines. En fin de compte, cela nuira aux intérêts américains.

Huawei entreprend un examen approfondi de cette nouvelle règle. Nous prévoyons que notre activité sera inévitablement affectée. Nous ferons tout notre possible pour trouver une solution. Nous espérons que nos clients et fournisseurs continueront de nous soutenir et de minimiser l’impact de cette règle discriminatoire ».