Sélectionner une page

Les premiers lauréats du volet spatial de France Relance ont été désignés

Les premiers lauréats du volet spatial de France Relance ont été désignés

Le gouvernement a récemment dévoilé la liste des premiers lauréats du volet spatial de France Relance. Depuis son lancement en janvier 2021, 7 appels à projets et 1 appel à manifestation d’intérêt ont été publiés. Au total, ce sont déjà plus de 200 dossiers qui ont été instruits par le centre national d’études spatiales (CNES) pour le compte de l’Etat en concertation avec le comité de pilotage.

Doté de 515 M€ dont 150 M€ pour la recherche duale, le volet spatial de France Relance s’adresse à toutes les entreprises de la filière, dont beaucoup ont une activité également dans le secteur aéronautique, et ont par conséquent été doublement touchées par la crise. Le volet spatial de France Relance a l’ambition de couvrir les besoins de l’ensemble de la filière française et se décompose en trois parties : Lanceurs ESA – partie conjoncturelle destinée à faire face aux surcoûts du programme Ariane développé au sein de l’Agence spatiale européenne (ESA)- ; Innovation France – partie dédiée à la relance des industriels du spatial impactés par la crise tout en stimulant la filière autour de projets de R&D, d’objectifs d’innovation et de compétitivité afin de conforter leur positionnement sur le long terme- ; « Financement de la recherche duale en matière spatiale » : préparation des technologies et compétences nécessaires pour les futures capacités spatiales duales dans le domaine des télécommunications, de l’observation de la terre ou encore de la surveillance de l’espace.

Dans le cadre du dispositif Appels d’offres thématisés qui concerne en priorité les PME et ETI du secteur spatial, l’objectif est d’acquérir des technologies d’avenir duales se caractérisant par un risque technique important ou permettant de maintenir des compétences nationales jugées critiques. 22 projets lauréats ont été retenus dont plus de 62% portés par des PME et ETI. Ce volet représente au total plus de 80 millions d’euros dont 53 M€ ont déjà été notifiés. Les contractualisations vont se poursuivre jusqu’à l’automne.

Ces projets sont pour la plupart portés par des PME et des ETI et de premiers contrats ont d’ores et déjà été signés (voir liste des lauréats ci-dessous) :

NanoXplore (Ile de France) est un fabricant français de semiconducteurs créé en 2010 par trois experts en composants programmables. La société propose des circuits SoC et des FPGA durcis contre les radiations pour application spatiale, défense et industrielle.

Steel Electronique (Occitanie) est une PME française spécialisée dans le domaine de l’électronique embarquée et des hautes technologies pour les applications spatiales. Dotée de services d’études, de fabrication et d’essais, elle conçoit et réalise depuis 50 ans des équipements électroniques embarqués pour satellite (calculateurs, équipements charge utile, mémoires de masse, …) ainsi que des moyens sol et bancs de tests.

La société Erems (Occitanie), depuis 1979, a pour vocation l’étude et la réalisation d’équipements électroniques embarqués et des logiciels associés, pour les secteurs de la haute technologie, en particulier pour le spatial. En 40 ans, EREMS a contribué au succès de plusieurs centaines de missions spatiales. A titre d’exemples, EREMS a fourni des instruments pour la mission de Thomas Pesquet, conçoit et fournit des équipements électroniques embarqués sur les prochaines missions martiennes, et équipe différents satellites d’Observation de la Terre ainsi que de Télécommunications.

Sodern (Ile de France) est une filiale d’ArianeGroup et leader mondial sur le segment des viseurs d’étoiles, instruments permettant aux satellites de s’orienter précisément dans l’espace, et dans le domaine des systèmes neutroniques d’analyse et de détection des matériaux.

Syrlinks (Bretagne) est une PME bretonne ayant également un site toulousain, spécialisée dans les systèmes de radiocommunication et de géolocalisation. Elle s’est imposée en 10 ans comme un acteur majeur dans les équipements embarqués pour petits et nanosatellites. En plus des équipements embarqués, Syrlinks développe des solutions électroniques pour le domaine de la défense ainsi que pour le grand-public comme par exemple des balises de détresse qui, intégrées à des gilets de sauvetage, apportent de la sécurité au plus grand nombre.

Muquans (Nouvelle Aquitaine) qui a intégré le groupe iXblue en juin 2021, est une entreprise de haute technologie spécialisée dans la détection de la gravité à haute performance, les applications de temps de fréquence et les solutions laser. Elle est l’unique fournisseur au monde de solutions quantiques intégrées reposant sur le refroidissement et la manipulation d’atomes par laser. L’entreprise a notamment développé le premier gravimètre atomique commercial, instrument permettant une mesure atomique de la gravité pour des applications en sciences de la Terre (hydrologie, géophysique interne).

CNIM Air Space (Occitanie) est un industriel français de dimension internationale spécialisé dans les structures souples étanches. L’entreprise conçoit et produit des systèmes de surveillance et de communication basés sur des ballons captifs, des ballons stratosphériques, des dirigeables drones et, des protections thermiques de satellites et réalise des projets sur-mesure pour ses clients.

Safran Reosc (Ile de France), entreprise du groupe SAFRAN, est parmi les leaders dans la fabrication d’optiques de hautes performances notamment dans les domaines de l’astronomie et du spatial, les grands lasers ou l’industrie des semiconducteurs dans les domaines civil et de défense.

La société Effilux (Ile de France) développe des équipements d’éclairage sur-mesure à la pointe de la technologie et dispose d’un savoir-faire unique en conception et fabrication de systèmes d’illumination à LED pour la vision industrielle, le contrôle qualité, l’imagerie scientifique et de nombreuses autres applications.

Hemeria (Occitanie) conçoit et fabrique des équipements et systèmes à forte intensité technologique et sécurité pour l’industrie spatiale et la défense française.

Par ailleurs, dans le cadre du dispositif Appels à projets collaboratifs visant à structurer la filière satellitaire par l’amont et renforcer la mutualisation des travaux précompétitifs et de la chaine de sous-traitance, quatre projets viennent d’être validés sur les thématiques suivantes : Communications optiques, Satellites de télécommunication flexibles, Terminaux satellites haut débit, Economie de la donnée. Au-delà des chefs de file Airbus Defence & Space, Thales Alenia Space et Dawex, ce sont près d’une trentaine de partenaires, start-up, PME, ETI et grands groupes qui mèneront ces travaux.

Pour sa part, le dispositif « Applications spatiales : tremplins pour l’économie et la société » vise les start-up et PME porteuses de projets de services ou produits innovants utilisant des données spatiales. Sur la centaine de projets déposés, 33 remporteront un prix, financé par France Relance, dont le montant (100 000€, 75 000€ ou 50 000€) dépendra de leur classement à l’issue de sessions d’auditions qui auront lieu en région entre le 10 septembre et le 19 novembre 2021.

Enfin, le volet de France Relance dédié aux nanosatellites a également rencontré un grand succès avec plus d’une centaine de participants aux travaux du forum utilisateurs nanosatellites et près d’une vingtaine de dossiers en cours d’instruction sur à l’appel à projets Validation en orbite qui a été lancé en partenariat avec la Région Occitanie.

Voir le détail des projets des lauréats du volet spatial de France Relance

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

   JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This